Yémen: 51 morts, dont 40 enfants, dans le raid aérien attribué à la coalition

Yémen: 51 morts, dont 40 enfants, dans le raid aérien attribué à la coalition
Des Yéménites assistent aux funérailles des enfants victimes de l'attaque aérienne attribué à la coalition à Saada, le 13 août 2018STRINGER

Le raid aérien attribué à la coalition menée par l'Arabie saoudite a fait 51 morts, dont 40 enfants, jeudi dans le nord du Yémen, a annoncé mardi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), révisant le bilan à la hausse.

Le nombre de morts a atteint les 51, dont 40 enfants, et celui des blessés les 79, dont 56 enfants, a précisé le bureau du CICR à Sanaa dans un communiqué.

Ce nouveau bilan recoupe celui donné par les rebelles Houthis qui ont dénoncé un "massacre" commis par l'aviation saoudienne contre des enfants du Yémen.

Dans un premier temps, le CICR avait parlé de la mort d'au moins 29 enfants âgés de moins de 15 ans dans une frappe aérienne contre leur bus sur un marché très fréquenté de Dahyan, dans la province septentrionale de Saada.

Des funérailles pour de nombreux morts de ce raid aérien ont été organisées lundi à Saada, fief des rebelles.

La coalition qui intervient au Yémen contre les Houthis a annoncé vendredi l'ouverture d'une enquête, évoquant des "dommages collatéraux subis par un bus de passagers" à l'occasion d'une opération menée par ses forces.

Plus tard, le Conseil de sécurité de l'ONU avait appelé à une enquête "crédible", sans toutefois exiger une enquête indépendante.

La coalition a été accusée d'avoir commis de nombreuses bavures contre des civils. Elle a admis sa responsabilité dans certains raids mais elle accuse régulièrement les Houthis de se mêler aux civils ou de les utiliser comme boucliers humains.

La guerre au Yémen a fait quelque 10.000 morts depuis l'intervention de la coalition sous commandement saoudien en mars 2015 et elle a provoqué "la pire crise humanitaire" au monde, selon l'ONU.

Les rebelles sont soutenus par l'Iran mais Téhéran conteste leur fournir un appui militaire.

Vos commentaires