En ce moment
 
 

Yémen: les rebelles Houthis réclament le retrait complet de la coalition internationale

Yémen: les rebelles Houthis réclament le retrait complet de la coalition internationale
Photo d'archives de soldats émiratis, engagés dans des opérations de la coalition arabe contre les rebelles au Yémen, sur la base aérienne d'Al-Anad, dans la province yéménite de Lahj (sud), le 4 octSTR

Les rebelles Houthis ont appelé mardi à un retrait complet du Yémen des forces de la coalition internationale, dirigée par l'Arabie saoudite, après la décision des Emirats arabes unis de réduire le nombre de leurs troupes dans ce pays dévasté par la guerre.

"Nous exhortons les agresseurs à se retirer du Yémen (...) qui rejette toute agression, tout siège et tout embargo aérien", a tweeté Mohammed Ali al-Houthi, un des chefs de la rébellion Houthie.

"Le retrait du Yémen est la meilleure décision qu'il faut prendre maintenant", a souligné le responsable Houthi.

Une coalition militaire conduite par Ryad et Abou Dhabi est intervenue en mars 2015 au Yémen pour soutenir les forces gouvernementales yéménites dans leur guerre contre les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran.

Les Emirats ont annoncé lundi une réduction de leurs troupes au Yémen afin de leur permettre de passer d'une "stratégie" prioritairement "militaire" à une logique de "paix".

"Nous avons un certain nombre de troupes qui sont réduites pour des raisons stratégiques à Hodeida (sur la mer Rouge) et pour des raisons tactiques" dans d'autres parties du Yémen, a déclaré lundi à des journalistes un haut responsable émirati sous couvert de l'anonymat.

"Cela a à voir essentiellement avec le fait de passer d'une stratégie militaire prioritaire à une stratégie de paix prioritaire", a-t-il ajouté.

Le responsable émirati a cependant réitéré l'engagement de son pays auprès du gouvernement yéménite et de son partenaire saoudien pour continuer à combattre les Houthis.

Interrogé lundi à Ryad, le porte-parole de la coalition, Turki al-Maliki, a assuré que les Emirats et leurs alliés étaient déterminés à "poursuivre leurs opérations et parvenir à leurs objectifs stratégiques" au Yémen.

Plus de quatre ans après l'intervention de la coalition, les Houthis contrôlent toujours de vastes zones de l'ouest et du nord du pays, dont la capitale Sanaa, aucun des deux camps ne prenant le dessus sur l'autre.

La guerre au Yémen a tué des dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux civils, selon diverses organisations humanitaires.

Environ 3,3 millions de personnes sont toujours déplacées et 24,1 millions, soit plus des deux tiers de la population, ont besoin d'assistance, d'après l'ONU.

Vos commentaires