En ce moment
 

Zarco (Yamaha Tech3): "une course très difficile" au GP d'Aragon

Zarco (Yamaha Tech3):
Le Français Johann Zarco lors des qualifications du GP d'Aragon le 22 septembre 2018JOSE JORDAN

"Ca a été une course très difficile. J'ai essayé beaucoup de choses au niveau du pilotage mais rien n'aidait", a regretté le Français Johann Zarco (Yamaha Tech3), 14e seulement du Grand Prix d'Aragon catégorie MotoGP dimanche.

Douzième sur la grille de départ, il était 10e jusqu'au 10e tour avant de perdre, comme souvent désormais, du terrain pendant la deuxième partie de course.

"J'ai pris un bon départ et j'ai été capable de me battre un peu avec Danilo Petrucci (Ducati Pramac) au début, mais assez vite, le premier groupe devant moi s'est détaché", a-t-il raconté.

"Il était impossible de les suivre et plus les tours s'enchaînaient et plus mon ressenti était mauvais, a poursuivi le pilote de 28 ans. J'ai essayé beaucoup de choses au niveau du pilotage mais rien n'aidait. C'est très dur de terminer une course comme ça parce que je suis épuisé et que j'étais très lent."

"J'espère avoir une chance de faire encore quelques bons résultats afin de terminer la saison sur une bonne note", a conclu l'Avignonnais alors qu'il reste encore cinq manches au calendrier de 2018.

Celui-ci rétrograde pour l'heure de la 7e à la 8e place du Championnat du monde et voit la distinction de meilleur pilote indépendant, qu'il vise, s'éloigner un peu plus derrière Petrucci et le Britannique Cal Crutchlow (LCR Honda).

Auteur de deux podiums en début de saison, Zarco n'est plus monté sur la boîte depuis l'Argentine début avril puis l'Espagne début mai.

"Je ne pense pas que ces résultats soient du niveau de Johann", a regretté le patron de son équipe Tech3, le Français Hervé Poncharal, au micro d'Eurosport.

"On tourne en rond, on ne trouve pas de solution. C'est frustrant. Pourtant, on peut faire confiance à l'équipe technique et à Johann pour tout essayer", a-t-il continué. "Quoi qu'on fasse, quoi qu'on essaye, quelle que soit la manière qu'a Zarco de piloter, on bute à chaque fois dans un mur."

C'est en fait tout Yamaha qui traverse une passe difficile. La marque n'est plus apparue sur un podium depuis la trêve estivale et sur la plus haute marche depuis 23 GP (Pays-Bas 2017, victoire de l'Italien Valentino Rossi).

Les pilotes officiels, Rossi et l'Espagnol Maverick Vinales, n'ont pu faire mieux que 8e et 10e en Aragon.

Vos commentaires