En ce moment
 
 

L’appli "Too good to go" inquiète Béatrice, bénévole dans une ASBL pour démunis: "Sans les magasins, ici c'est fini"

L'application "Too Good to go" propose des invendus à des prix bradés. Le problème est que de nombreux supermarchés préfèrent passer par ce canal plutôt que de donner leurs invendus à des associations qui aident les plus pauvres. Exemple à Colfontaine avec Julien Crete et François-Xavier Van Leeuw.

Too Good To Go , l'appli qui permet d'acheter des invendus à des prix cassés en fin de journée, ne plaît pas à tout le monde. A Colfontaine, l'association "La petite maison du peuple" aide de nombreux démunis. Pour 4 euros, ces personnes dans le besoin peuvent avoir un colis varié composé par les bénévoles. Et si cela est possible, c'est uniquement grâce aux dons. "Sans les magasins, l'ASBL ici c'est fini", explique Béatrice, bénévole à "La petite maison du peuple". 

Il y a trois mois,  un grand magasin donateur a décidé d'arrêter sa démarche pour rejoindre l'application "Too good to go".  Pour les bénévoles de "La petite maison du peuple", l'inquiétude est vive. Ils ont peur de voir 600 personnes vraiment dans le besoin être privées d'aides. "Tout le monde peut aller dans les magasins. Aussi bien les plus démunis que les plus aisés. Donc c'est ça la crainte aussi de perdre la marchandise pour ici. Plus ils vont le faire dans les magasins et moins on aura de marchandises ici et moins on saura aider les gens dans le besoin", déplore Béatrice.


"Too good to go" dit regretter cette situation

Pour comprendre la démarche du grand magasin, nous avons rencontré le responsable.
 Chaque jour, plusieurs colis sont proposés à 4 euros via l'application "Too goo to go". Le gérant comprend le questionnement des associations, mais pense, lui aussi, servir une cause...

"On voit effectivement, sans les juger de façon physique, que ce sont des personnes dans le besoin, pas forcément les gens les plus démunis ça je vous l'accorde. C'est vrai que par rapport aux gens qui vont aux "Restos du coeur", ça ne sera pas forcément les plus démunis car les plus démunis n'ont pas Internet", précise Sylvain Grégoire, adjoint-gérant d'un grand magasin.

De son côté, l'équipe gestionnaire de l'application "Too good to go" dit regretter cette situation. "Nous encourageons les magasins à poursuivre des démarches d'aide aux associations. Nous faisons de la prévention dans ce sens", confie Marie Couturier, porte-parole de "Too good to go".

Pour chaque colis vendu via l'application, "Too good to go" reçoit 1,29 euro. L'équipe a mis sur pied des récoltes de dons pour soutenir les associations. 

Vos commentaires