En ce moment
 
 

Opération "Cold case" de la police judiciaire au cimetière de Corroy-le-Grand: "Au moins un cercueil a été bougé"

Opération

"Grosse intervention policière au cimetière de Corroy-le-Grand à Chaumont-Gistoux", nous signalait un habitant de la région via le bouton orange Alertez-nous, assistant au ballet de "la police judiciaire, scientifique et de la protection civile". Avant d'ajouter: "J'ai pu voir qu'au moins un cercueil a été bougé". Impossible pour lui d'accéder au lieu, la police avait installé un cordon de sécurité. Informations prises auprès du parquet du Brabant wallon, il s'agit de prélèvements ADN effectués sur une ou plusieurs dépouilles dans le cadre de "cold cases", termes anglais faisant référence à ces dossiers judiciaires jamais résolus et qui renvoient aussi à une célèbre série américaine. Depuis peu, la cellule Disparition dispose d'une banque ADN des personnes disparues. Des comparaisons sont dès lors entreprises avec l'ADN de personnes décédées. Et il faut pour cela prélever des échantillons.

En novembre dernier, le journal Het Nieuwsblad avait révélé que les enquêteurs de la Cellule des personnes disparues allaient exhumer jusqu'à 135 corps pour tenter de les identifier. Il s'agit des dépouilles anonymes d'hommes et de femmes enterrés depuis les années 1970. Les corps anonymes sont toujours enterrés dans la commune dans laquelle ils ont été trouvés.

Récemment, les enquêteurs avaient pu identifier le corps de Corrie van der Valk, l'héritière disparue en 2001 d'une famille de propriétaires d'hôtels et de restaurants néerlandaise. Une analyse ADN avait permis de démontrer qu'elle gisait, anonyme, dans une tombe de Bois-de-Villers, un village proche de Namur.

Vos commentaires