En ce moment
 
 

40 millions injectés à Waterloo: le champ de bataille va retrouver son aspect de 1815

Waterloo n'est pas une morne plaine, et les autorités, qui gèrent le champ de bataille, ont bien l'intention de le prouver. Les travaux, d'un grand projet de réhabilitation du site, ont commencé ce matin. Un investissement de plusieurs millions d'euros, histoire de préparer, au mieux, le bicentenaire de la bataille, qui sera fêté, sur place, en 2015.

Le ministre wallon du Tourisme, Paul Furlan, a donné symboliquement mercredi le coup d'envoi des travaux destinés à renforcer l'attractivité touristique du champ de bataille de Waterloo. Une véritable course contre la montre puisque le dossier, initié par Serge Kubla en 2001, doit être concrétisé pour 2015, l'année du bicentenaire de la bataille. Le projet, qui prévoit de rendre au site son aspect de 1815 et d'aménager un mémorial souterrain, va coûter 40 millions d'euros. Bernard Vandamme, architecte du projet, est au micro de Jimy Méo: "On a cherché à retrouver ce que le champ de bataille était à l’époque, tout en gardant des infrastructures capables d’accueillir des touristes."

Plusieurs démolitions
 

Cette somme comprend l'acquisition des terrains et des maisons, les travaux de démolition de plusieurs bâtiments, l'implantation du nouveau mémorial souterrain qui disposera d'une scénographie à laquelle a coopéré le bureau Dragone, et l'aménagement des abords. Alors que le site du champ de bataille a été protégé au fil des ans par une loi et le travail des agriculteurs, le pied de la butte du Lion, lui, est moins authentique. Aujourd'hui propriétaire, la Région wallonne va donc procéder à plusieurs démolitions. Seuls resteront le Panorama construit en 1912 - qui est classé et vient de bénéficier d'une importante rénovation - et l'hôtel du musée datant de 1857. Serge Kubla, bourgmestre de Waterloo, précise sur le sujet: "On a pris conscience du besoin de rehausser le niveau à davantage de tourisme historique et pas seulement de tourisme festif."

Aménagements

Des parkings seront aménagés entre des bandes boisées le long du ring 0, le relief de l'époque sera rétabli et 20.000 m2 seront rendus à l'agriculture. Les aménagements projetés rendront aux piétons le Hameau du Lion, aujourd'hui traversé par une route sur laquelle transitent 10.000 véhicules par jour. Paul Furlan conclut: "Nous avons décidé de réaliser des changements majeurs pour faire de cet espace la porte d’entrée de la Wallonie."

Vos commentaires