En ce moment
 
 

À Fontaine-l'Évêque, un projet immobilier inquiète Anaïs: "On pensait être face aux oiseaux, mais en fait, non"

À Fontaine-l'Évêque, un projet immobilier incluant un "building" inquiète Anaïs: "On pensait être face aux oiseaux, mais en fait, non"
 
 

Est-ce la fin d'une tranquillité tant appréciée? A Fontaine-l'Évêque, un projet immobilier prévoit la construction de 51 logements. Pour certains riverains, un tel projet n'est pas une bonne nouvelle.

Anaïs (prénom d'emprunt pour garantir l'anonymat) habite Fontaine-l'Evêque depuis toujours. Avec son mari, elle a désormais un grand projet. Dans près d'un an, le couple et leur petite fille s'installeront dans leur maison qui est en cours de construction. Pendant longtemps, Anaïs a cherché l'endroit idéal pour faire construire. "On avait trouvé une zone verte dans cette commune rurale. Il n'en reste plus beaucoup ici. On s'était dit qu'on serait face aux oiseaux. Mais en fait, non", nous confie la jeune femme. 

Car les plans du couple semblent perturbés par un projet immobilier. En face de leur maison, un important complexe est désormais en cours de construction. "Ils vont construire des maisons 4,2 et 3 façades et 2 buildings à appartements. Au total, il devrait y avoir 51 maisons. On a appris ça il y a quelques semaines", nous explique Anaïs. Avant de poursuivre: "On va donc avoir un building de 9 mètres de hauts avec une vue sur notre jardin. Et on sera encerclé des deux côtés". 

"Mais peu importe, ça va se faire. Car tout ce que veut faire la commune, c'est faire du chiffre", affirme Anaïs. Selon la trentenaire, de nombreux riverains s'opposent à ce projet. C'est notamment le cas de Christophe qui estime, lui aussi, avoir été mis devant le fait accompli. "On a découvert le projet via deux avis affichés dans la rue. On est assez inquiets", nous confie l'habitant de Fontaine L'Évêque. Christophe craint pour sa quiétude. "Ces constructions vont drainer pas mal de circulation. Notre tranquillité va être remise en cause", accuse-t-il.

Ce dernier se sent "lésé" et regrette qu'il n'ait "pas son mot à dire". "Des réunions d'information pour les riverains ont eu lieu dans lesquelles on peut donner son avis mais la société a déjà commencé à élaguer", assure-t-il. 

Derrière ce projet immobilier, le promoteur Sotraba. Ce dernier prévoit la construction de 51 nouveaux logements sur un terrain de près de 2 hectares situé entre la rue de la Briqueterie et du Chemin du Fruit à Fontaine-l'Evêque. Deux hectares représentent environ 2,8 terrains de football. Dans ces 51 logements, on compte 23 appartements répartis sur 2 immeubles et 28 maisons. Parmi les maisons, on en compte une quatre façades, 18 trois façades et 9 maisons mitoyennes. Le projet prévoit également un aménagement de la voirie.

© Sotraba

Les 10 et 11 juin dernier, une réunion d'information a été organisée de manière virtuelle. Sotraba, le promoteur immobilier, a mis à disposition des riverains deux vidéos expliquant le projet et détaillant les aménagements envisagés. "J'ai trouvé une démarche virtuelle plus confortable qu’une réunion. Bien souvent, seules 2 à 3 personnes parlent et expriment leur point de vue. Tandis que les autres habitants n'osent pas, souvent par timidité", nous explique Bruno Mernier, directeur commercial et de développement chez Sotraba.

Des riverains font feu de tout bois et interprètent tout à leur manière

"Le but est de recueillir les avis et des conseils par rapport au projet", explique-t-il. Le directeur affirme que l'heure est encore à la consultation. "On est encore aux prémices. On travaille sur un projet qui n'est pas abouti", insiste-t-il. Avant d'ajouter: "On travaille sur un plan d’implantation. On met des rectangles et des carrés sur ce qui nous semble logique mais il n'y a pas encore d'aménagement". 

Le directeur nous confirme que le terrain a été déblayé. Mais selon lui, cette opération ne doit pas être considérée comme une preuve de début de construction. "Des riverains font feu de tout bois, interprètent tout à leur manière et se posent en victimes", s'agace Bruno Mernier. Avant de justifier: "Un débroussaillage a eu lieu afin de pouvoir déterminer la stabilité du sol et faire des calculs sur l'infiltration en eau. Il n'y a pas de début de construction! Pour cela, il faut obtenir un permis", justifie-t-il. 

Bruno Mernier a déjà eu quelques contacts avec des riverains inquiets quant à ce projet. À chaque fois, sa démarche est la même. Il entend les rassurer en leur expliquant concrètement les détails de la construction.

Encore plusieurs étapes avant la construction

Actuellement, plusieurs étapes attendent désormais le promoteur avant de pouvoir déposer la première pierre sur ce terrain, comme nous le détaille Bruno Mernier.

1. La réunion d'information étant faite, il faut désormais faire une synthèse reprenant les remarques établies par les riverains. 

2. Ensuite, le bureau d'étude va travailler et émettre une série de recommandations en fonction des études réalisées (voisinage, mobilité, faune et flore, etc). Cette dernière est attendue pour septembre-octobre

3. Le projet va ensuite être revu en fonction des recommandations. "L'objectif du dépôt de permis d'urbanisme est fixé pour la fin de l'année ou début 2022", précise le directeur commercial. On parle ici d'un permis d'urbanisme pour construction groupée.

4. Si tout se fait dans les temps, les travaux pourront débuter en 2023. "Et il faudra compter 2 à 3 ans de travaux", assure le directeur. 

Pour Bruno Mernier, l'implantation de ce projet immobilier est l'occasion de "réurbaniser et amener un contrôle dans un terrain vague devenu une zone de non-droit".  

La population de notre Ville est en croissance constante

Contactée par nos soins, la commune nous confirme que ce projet immobilier est actuellement à l'étude. Le porte-parole de la ville nous explique que le terrain visé est en friche. "Nous sommes régulièrement appelés pour le manque d’entretien, qui se situe à côté du lotissement existant, rue Wauthier Ier", nous précise-t-on. 

Déjà en 2010, un projet de construction groupée avait fait l'objet d'un permis d'urbanisme. Il concernait 36 logements avec création de voirie. Mais celui-ci n'a pas abouti, "pour une raison inconnue", nous apprend-on. Le terrain a ensuite attiré différents promoteurs. C'est finalement en 2017 que l'une de toutes ces propositions avait fait l'objet d’un avis favorable du Fonctionnaire Délégué et du Collège communal. 

Observe-t-on une pénurie de logements au sein de la commune de Fontaine L'Évêque? Anaïs qui a toujours résidé en son sein assure qu'il existe déjà de nombreuses constructions neuves. La construction est-elle indispensable? "En effet, il y a beaucoup de nouvelles constructions mais elles sont occupées. La population de notre Ville est en croissance constante. Notre ville intéresse de nombreux investisseurs qui trouvent dans l’entité de Fontaine-l’Evêque beaucoup de potentiel. Il s’agit de projets de qualité pour lesquels le Collège communal est attentif", nous assure le porte-parole de la Ville. 

Les données récoltées par le SPW confirment une légère augmentation du nombre d'habitants à Fontaine-l'Évêque durant les 20 dernières années. Entre 2001 et 2021, il a augmenté de 6%. Selon les chiffres récoltés par le Service Public de Wallonie, on comptait 92 logements non loués sur la commune en 2020. 

À l’instar du Hainaut et de la Wallonie, la commune se voit caractérisée par un parc de bâtiments anciens. Parmi les bâtiments présents sur le territoire communal, plus de la moitiéont été érigés avant 1946. Ce pourcentage est comparable à celui du Hainaut et supérieur à celui de la Wallonie. 

Les autorités entendent redynamiser la Ville, "mais pas uniquement à travers la promotion immobilière", nous assure-t-on "Aucune démarche n’est entamée pour inciter ces promoteurs sur ce genre de parcelle. Il y a une forte demande de la population en terme de logement. Ici, des appartements à gabarits raisonnables. Ce projet est la suite logique du lotissement Wauthier Ier", conclut la commune. 


 

Vos commentaires