En ce moment
 
 

Cette école est satisfaite des détecteurs de CO2 installés dans les classes: "On en a redemandé à la commune"

 
 

Pour tenter d'assainir l'air dans les classes, certaines écoles ont installé des détecteurs de CO2. C'est le cas de l'école communale de Bourgeois. Depuis son installation, les institutrices gardent toujours un œil sur ce détecteur de dioxyde de carbone car il mesure en permanence la qualité de l’air. "Ici, on a un petit cadrant de couleur verte. Cela signifie qu'au niveau du CO2 dans la classe, il n'y a aucun problème", explique Alicia Suarez, institutrice en 3ème primaire à l'école communale de Bourgeois.

L'objectif est de gérer de façon optimale la ventilation des locaux et de limiter les contaminations, puisque le virus circule aussi via des microparticules suspendues dans l’air. Le taux de CO2 ne doit pas dépasser les 1000 ppm, soit 1000, parties par million. "Au-delà des 1200, l'indicateur passe au rouge. Cela doit être un signal d'alarme qui montre que la qualité de l'air n'est plus du tout bonne", précise l'institutrice. Cette dernière doit alors renouveler l’air intérieur de la pièce.

Douze détecteurs supplémentaires fournis par les pouvoirs communaux

Dans cette école, le détecteur fait le tour des classes. Deux autres appareils sont installés dans le réfectoire et la salle des professeur. "C'est un outil qui est rassurant et qui permet de réagir très vite. A partir du moment où il est sous nos yeux non-stop, on voit quand ça monte et quand il est aux alentours de 1000, on aère", répond Geneviève Hardenne, la directrice de l'école. Quelques minutes d’aération suffisent pour que le taux de CO2 redescende à un niveau acceptable. Dans tous les cas, le dispositif convainc la direction. "Au vu de l'utilisation efficace de ce détecteur, on a redemandé à l'administration communale pour voir s'il était faisable d’en acheter un pour chaque classe et ça été accepté", ajoute la directrice de l'école. Douze détecteurs de CO2 supplémentaires seront fournis par les pouvoirs communaux. Il faut compter une centaine d’euros par appareil.


 




 

Vos commentaires