En ce moment
 
 

Des tracteurs à 30km/h qui côtoient des voitures à 120 km/h, c'est bientôt de l'histoire ancienne sur la RN 25: les agriculteurs sont mécontents!

Des tracteurs à 30km/h qui côtoient des voitures à 120 km/h, c'est bientôt de l'histoire ancienne sur la RN 25: les agriculteurs sont mécontents!
©RTLBELGIUM

La route se partage, mais quand les véhicules se déplacent à des vitesses très différentes c'est un souci: faire cohabiter des tracteurs limités à 30km/h avec des voitures sur des axes à 120km/h pose problème. Les risques d'accidents sont très élevés.

Dans le Brabant Wallon, la Région a décidé d'interdire la présence des tracteurs et véhicules lents sur le N25 dès le 1er janvier 2020. Le ministre Carlo di Antonio justifie sa mesure: l'axe est particulièrement accidentogène, le trafic est très dense: 36.000 véhicules / jour et aucune autoroute ne permet de désengorger cette artère qui traverse la province d'est en ouest.  Du coup, les tracteurs sont renvoyés sur les petites routes et les coeurs de villages, dans des endroits qui ne sont plus adaptés pour accueillir des engins agricoles très volumineux.

Si l'on en juge par le nombre d'accidents impliquant des véhicules agricoles, la fédération wallonne de l'agriculture intente un recours contre cette décision.  Les communes de Genappe et Nivelles la soutiennent.

Pourquoi cette N25 est elle différente des autres nationales?

La N25 est particulière dans sa configuration. Elle traverse le Brabant Wallon d'est en ouest, mais c'est surtout le seul axe de la province capable d'absorber un flux important de véhicules. 36.000 voitures l'empruntent chaque jour. Anne-Sophie Sténuit, conseillère juridique à la FWA: "On n'a pas d'autoroute parallèle à la Nationale 25. C'est problématique, parce que du coup, le trafic des voitures ne sait pas être reporté ailleurs."

La plupart des nationales wallonnes longent des autoroutes. C'est le cas de la E42 ou E411, entre Courrières et Bastogne. Du coup, le trafic est moins dense sur les axes parallèles et la présence des tracteurs moins problématiques. Ce qui n'empêche pas du tout les accidents, Pierre-Laurent Fassin, porte-parole de l'agence wallonne de la sécurité routière: "Un simple constat en 2018, c'est qu'il y a eu 3 décès dans
le Hainaut et un seul dans le Brabant Wallon impliquant un transport agricole donc il y a aussi des accidents ailleurs que sur cette nationale 25." 

Vos commentaires