En ce moment
 
 

Grève du TEC dans le Brabant wallon: "Ma fille est coincée depuis plus d'une heure sans bus pour la ramener"

Grève du TEC dans le Brabant wallon:
© Capture d'écran Google Street View
 
 

Nous vous l’indiquions ce mercredi matin, une grève des chauffeurs de TEC monopolise tout le réseau dans le Brabant wallon. Aucun bus ne circule dans la province. Et vous êtes nombreux à nous avoir contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous faire part de votre embarras face à cette situation. C’est le cas de Nancy, maman de deux enfants, qui a rapidement dû trouver une solution pour récupérer sa fille.

Tous les jours, sa fille de 15 ans prend le bus depuis Les Bons Villers, dans le Hainaut, pour rejoindre son école à Court-Saint-Etienne, avec une correspondance à Genappe. C’est précisément cela qui a posé problème ce mercredi matin. "Elle prend une ligne privée jusque Genappe mais arrivée à Genappe, elle est restée coincée car il n’y avait pas de bus. Normalement, il y a trois bus qui passent par là. Aujourd’hui, aucun n’est passé", regrette sa maman.

Elle attendait depuis 7h20, dans le noir, dans le froid… Justement le jour où il fait -6°C

Son bus passe habituellement vers 7h40 mais, vers 8 heures, ne voyant toujours aucun bus à l’horizon, elle décide d’appeler sa maman. "J’étais déjà au boulot, j’ai dû m’arranger pour aller la récupérer. Le temps d’arriver à Genappe, il était bien 8h30. Elle attendait depuis 7h20, dans le noir, dans le froid… Justement le jour où il fait -6°C", poursuit Nancy, qui pointe du doigt un manque de sécurité pour son enfant. "Ce n’est pas chouette de se retrouver là comme ça en pleine période d’hiver."

Nancy a donc décidé de ramener sa fille à la maison, par facilité. "Heureusement que c’est mercredi. Ça ne m’arrangeait pas d’aller la déposer à Court-Saint-Etienne car j’aurais ensuite dû aller la reprendre à 11h50."

Même situation pour son fils 

Son fils a également eu la même mésaventure ce matin. Partant des Bons Villers vers Nivelles avec une ligne privée, il s’est ensuite retrouvé coincé à Nivelles sans bus pour l’emmener vers son école à Frasnes-lez-Gosselies. "Heureusement, il a pu prendre une ligne privée pour revenir vers Marbais, où il m’attend chez sa petite copine", note la mère de famille.

Même si Nancy comprend les revendications des chauffeurs du TEC, elle regrette que cette grève soit survenue spontanément et sans avoir été averti. "C’est toujours embêtant car on n’est pas prévenu et on se retrouve comme ça, sans solution. Je peux comprendre qu’ils ont des problèmes mais ils impactent les citoyens sans prévenir et on se retrouve dans la misère. Il faut trouver des solutions de dernière minute", conclut-elle en précisant que d’autres élèves et travailleurs se sont aussi retrouvés coincés comme sa fille. Les navetteurs ont fini par s'abriter dans la banque à côté pour attendre au chaud.


 




 

Vos commentaires