En ce moment
 
 

Les intempéries ont ravagé des champs entiers: "C'est comme une plante qu'on arrose trop, elle pourrit"

 
 

Parmi les nombreuses victimes des intempéries de la mi-juillet en Wallonie, il y a les agriculteurs. Ils n’ont pas perdu leur maison, mais une bonne partie de leur culture. "C'était très impressionnant, il y avait de l'eau jusqu'ici", nous confie Dominique, qui cultive des betteraves à Grez-Doiceau, en montrant sa taille.

Tous les champs ont été touchés, "tout ça est mort, c'est resté trop longtemps dans l'eau, c'est comme une plante qu'on arrose trop, elle pourrit". La betterave est trop petite, "elle restera au sol, elle n'ira pas dans la machine".

La suite de la saison reste une inconnue pour Dominique. D'autant que toutes les herbes destinées au foin d'hiver pour le bétail sont également détruites. La situation est identique chez son voisin qui cultive des carottes. L'eau a arraché une partie des plants et a tordu les racines.

Agricultrice depuis plusieurs générations, notre témoin évalue ses pertes à 25.000 euros. "J'espère qu'on aura une petite compensation. L'année passée, c'était la sécheresse, donc a déjà eu moins de rendement. Il y a toujours quelque chose".


 




 

Vos commentaires