En ce moment
 

Les premières vendanges d'un mousseux bio démarrent à Tubize! "Là, c'est le moment idéal!"

Les vendanges sont précoces cette année, c’est l’une des conséquences de la sécheresse. Elles ont 3 semaines d’avance, y compris chez nous. C’était le cas ce matin dans un domaine du Brabant-wallon.

Vincent a un œil sur tout, responsable de la vigne, il vit un jour très particulier. "Ce raisin-là n’est pas bon par exemple", dit-il en regardant dans un seau. "Ici on voit que certaines grappes sont beaucoup moins mûres, les raisins ont cet aspect un peu rosé, il faut faire attention à ne pas les récolter".

Ce sont les premières vendanges du domaine. Grâce aux bonnes conditions météo, les raisins ont 3 semaines d’avance. «Là, c’est le moment idéal! On a vraiment le bon équilibre entre sucre et acidité", dit le responsable du domaine. "On a assez de sucres pour faire de l’alcool et suffisamment d’acidité pour avoir cette fraîcheur caractéristique à un bon mousseux".


Les vendangeurs sont copropriétaires de la cuvée

Dans les vignes, une cinquantaine de vendangeurs s’appliquent, sécateur à la main, à trouver les meilleures grappes. Leur particularité ? Ils sont copropriétaire de la cuvée.

"Quand on croque le pépin, on commence à avoir un petit goût de noisettes et ça, ça veut dire que les raisins sont à maturité", explique Vincent.

Patrick, un vendangeur, est kinésithérapeute, mais aussi grand amoureux du vin. "On a eu l’occasion de participer à tout un apprentissage, des cours théoriques sur la vigne", explique-t-il. "Après, on a appris comment tailler la vigne en préparation et maintenant, chouette, on peut récolter le fruit du travail réalisé depuis 3-4 ans."


Une récolte aussi en famille

Anne est aussi membre du domaine. Avec son fils Théo, elle vient participer aux activités viticoles. Une expérience familiale et humaine. "C’est chouette parce qu’on peut le mec dans les bacs, on peut le vider et après on a aussi la dégustation".

Dimitri et sa femme Sophie sont fiers de ce projet qui leur permet grâce au crowdfunding de réaliser un champagne belge et bio. "On a déjà récolté plus de 250.000 euros comme ça, donc quelque part, on a déjà vendu 250.000 euros de bouteilles alors qu’on fait nos premières vendanges aujourd’hui ", dit le propriétaire du Domaine W. La cuvée est attendue pour 2020.

Vos commentaires