En ce moment
 

Les riverains de Walibi ne veulent pas d'une nouvelle attraction au fond de leur jardin

Les riverains de Walibi ne veulent pas d'une nouvelle attraction au fond de leur jardin

Le parc d'attraction Walibi a demandé une autorisation pour s'agrandir de 4 hectares vers Limal, et pour installer une nouvelle montagne russe, annoncée comme la plus haute et la plus rapide d'Europe. Les riverains ne l'entendent pas de cette oreille. Les opposants, réunis au sein de l'asbl Les Versants de Dyle, considèrent que les nuisances, notamment sonores seraient multipliées par trois.

Les riverains du parc d'attraction Walibi ont réagi mercredi dans le cadre de l'enquête publique qui est en cours jusqu'au 16 mai, alors que les responsables du parc implanté à Wavre demandent un nouveau permis unique. Selon l'ASBL Les Versants de la Dyle, plusieurs demandes formulées par Walibi révoltent le voisinage. C'est notament le cas du relèvement des normes de bruit, de dérogations qui pourraient être octroyées lors de certaines journées exceptionnelles, et d'une modification du plan de secteur pour agrandir la zone d'attraction.


Des nuisances multipliées par trois

Walibi demande une modification du plan de secteur pour agrandir la zone d'attraction de plus de 4 hectares en direction du village de Limal, déplore l'association. Le but serait d'installer une grande attraction, des montagnes russes annoncées comme les plus grandes, les plus rapides et les plus hautes d'Europe, pour 2021. "Cette nouvelle attraction - et d'autres probablement par la suite - se fera au détriment des habitants des rues voisines. Les riverains considèrent comme insupportable tout rapprochement des attractions du parc avec les quartiers habités. Toute modification du plan de secteur en ce sens est, pour eux, exclue", indiquent les responsables des Versants de la Dyle. En ce qui concerne le relèvement des normes de bruit et l'instauration de journées dérogatoires, les opposants estiment que ces demandes reviendraient à tripler les nuisances du parc pour les riverains.

Vos commentaires