En ce moment
 
 

"Boums" au Bois de la Cambre: la police a-t-elle été trop loin? La réaction de Philippe Close

 
 

Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles, était l'invité de Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL-TVI. Le socialiste a notamment été interrogé sur les interventions de la police durant les "Boums" organisées au Bois de la Cambre les 1er avril et 1er mai. Ce samedi 15, une "Boum Test" devait avoir lieu, mais l'événement a été annulé à cause de la météo.

Pascal Vrebos: Pour les "Boums" précédentes, vous avez quand même été un peu critiqués. Parce qu'il y a eux des boumeurs qui étaient hyper sympas, quelques casseurs. Certains disent "Est-ce que la police a toujours fait la différence entre casseurs et les autres". Georges-Louis Bouchez (ndlr: président du MR) a dit, je cite, "Close a commis une erreur de gestion". Et l'organisateur a dit que l'intervention de la police a fait dégénérer la fête. Avec le recul, un mea culpa ou pas?

Philippe Close: Non, j'ai toujours dit que j'assumais ce qui s'était passé. C'est assez complexe, mais reconnaissons que pour ce qui s'est passé le 1er mai que, et le Premier ministre, la ministre de l'Intérieur, le procureur du Roi et moi-même en tant que bourgmestre, nous avons demandé aux gens de ne pas s'y rendre. Dans une démocratie, on doit pouvoir être contre. On doit pouvoir s'exprimer. Mon boulot, c'est toujours de faire la balance entre la liberté d'expression et l'ordre public.

Pascal Vrebos: Est-ce que la police a fait son boulot? Est-ce qu'elle a un peu fait trop?

Philippe Close: Non, elle a fait tout à fait son boulot. Il y a eu les mises en garde bien avant.

Pascal Vrebos: Ils ont quand même gazé des gens qui…

Philippe Close: Mais, les faits qui se passent à ce moment-là, c'est pour que les gens se disloquent. Il y a eu des préavis, comme nous l'avons dit. Et puis à un moment donné, moi je ne peux pas non plus laisser la police se faire caillasser pendant des heures. On monte des barrages, on s'en prend aux voitures. On s'en prend au matériel. Heureusement, ce qui nous a beaucoup aidé le 1er mai, c'est qu'il y avait peu de monde. Quelques centaines de participants. Beaucoup moins que le 1er avril. Mais la police, elle fait son job et elle a tout à fait ma confiance.

NDLR: la Boum 2, organisée le 1er mai, a attiré entre 1.000 et 2.000 participants. La Boum du 1er avril avait réuni entre 1.500 et 2.000 personnes, selon les chiffres de la police locale.


 




 

Vos commentaires