En ce moment
 
 

"C'est comme s'il n'y avait pas de problème à mettre son canapé sur le trottoir": voici comment Anderlecht lutte contre les dépôts clandestins

Se débarrasser de ses vieux meubles sur le trottoir : c'est interdit. Une règle à priori simple mais qui ne semble pourtant pas faire l'unanimité à Anderlecht. La commune a décidé de lutter contre les dépôts clandestins de déchets, en deux phases. D'abord, avec des rubans comme dans les scènes de crime, puis en sensibilisant les auteurs.

"On s'était rendu compte que les gens avaient parfois l'impression qu'on pouvait, sans problème, déposer les canapés, les frigos ou n'importe quoi dans la rue, parce c'était quand même nettoyé par après. On voulait aussi rendre l'action de la commune visible, montrer que ces dépôts sont là, qu'on les nettoie, mais montrer qu'on ne pouvait pas le faire. C'est surtout lutter contre le sentiment d'impunité, comme s'il n'y avait pas de problème à mettre son canapé sur le trottoir… C'est une chose contre laquelle on veut lutter", explique Alain Neuzy, l'échevin en charge de l'entretien de l'espace public et du développement, au micro de Clémence Kreit.

Les contrevenants s'exposent à des amendes de 300 à 500€ par mètre cube de déchets.

Vos commentaires