En ce moment
 
 

"Il est hors de question d'accepter les décisions de la direction", les employés de D’Ieteren à l'arrêt dans plusieurs garages bruxellois

© RTL INFO
 
 

Cela fait deux jours maintenant que les nombreux travailleurs de chez D’Ieteren à Bruxelles (Volkswagen, Audi, Seat) se sont mis en grève. L’arrêt de travail concerne la plupart des garages bruxellois, notamment à Ixelles, Drogenboos et Anderlecht. En cause ? Des restrictions de la part de la direction de D’Ieteren sur les acquis sociaux des employés.

"C’est notre deuxième jour de grève, nous informe un employé de chez D’Ieteren Center Mail à Ixelles. Déjà mercredi, on a fait un arrêt de travail et depuis hier, on est en grève."

Les travailleurs ne sont en effet pas contents des récentes négociations entre la direction et les syndicats. En cause ? Des restrictions en ce qui concerne les acquis sociaux des salariés négociés par le passé. "Ils veulent nous enlever les acquis sociaux. Les jours de congé d’ancienneté, les primes, etc. Ils veulent nous enlever plein de choses… Alors on a tout stoppé car on n’est pas content de leurs décisions", poursuit l’employé, qui préfère garder l’anonymat. "Alors qu’ils ont 288 millions d’euros de bénéfices en six mois cette année…", glisse un second employé en grève.

Il est hors de question d'accepter les décisions de la direction

Les grévistes sont déterminés. Pour eux, "il est hors de question" d’accepter ce que propose la direction. Le piquet de grève continuera dans les prochains jours, voire semaines, s’ils ne parviennent pas à trouver un accord. "Pour l'instant, on n'a aucune information, déplore Louis Van Heddegem, permanent CSC Metea. La direction ne se montre pas. Donc nous reprendrons probablement le piquet de grève lundi, on verra. Et on fera sûrement aussi d'autres actions ailleurs."

Les discussions sont en stand-by et rien ne semble bouger depuis mercredi. "Il n'y a plus de discussions. La direction est venue avec une argumentation disant que si on la refuse, on aura affaire à une restructuration. Mais il y a moins d'un an, on a déjà eu une restructuration... Et puis, la façon dont ça a proposé aux travailleurs, de menacer de licencier...", poursuit Louis Van Heddegem.

Tous les D'Ieteren Center de Bruxelles

Le piquet de grève concerne plus de 200 travailleurs de tous les D'Ieteren Center de Bruxelles et alentours. "On parle quand même de cinq ou six garages, plus les carrosseries", glisse le permanent CSC Metea. Sont notamment concernés par cette grève, les garages de Drogenboos, Ixelles, Anderlecht et Zaventem. "La carrosserie WonderCar de D'Ieteren est aussi à l’arrêt", nous fait-on savoir.

Cette grève impacterait visiblement l’ensemble des services de chez D’Ieteren, de la vente à la carrosserie, en passant par la mécanique. Mais nous n'avons pas pu obtenir plus de détails du côté de D'Ieteren, qui se refuse à tout commentaire. Il est donc impossible, à ce stade, de savoir si la production et donc la livraison des voitures de marques Volkswagen, Audi et Seat sont impactés. "Nous souhaitons donner la priorité à l'interne donc nous ne faisons pas de commentaire mais, effectivement, certaines concessions ne sont pas accessibles et les rendez-vous sont reportés pour les clients. Les raisons (de la grève) concernent des discussions sur l'avenir des concessions à Bruxelles. Mais tout ça est encore en cours, il n'y a pas vraiment de décisions encore actées", nous a-t-on quand même répondu.


 




 

Vos commentaires