En ce moment
 

"Je suis extrêmement fâché": le bourgmestre Clerfayt dénonce les répercussions du chaos de ce matin sur les rues de Schaerbeek

La circulation était tout-à-fait à l'arrêt lundi matin dans le quartier Reyers, où trois tunnels de la liaison Liège-Bruxelles sont fermés pour rénovation. Le trafic devrait à nouveau être dense en soirée.

La fermeture simultanée de trois tunnels dans le complexe Reyers a provoqué une véritable pagaille, non seulement sur l'E40 à l'entrée de Bruxelles, mais aussi dans les rues autour de la place Meiser, à Schaerbeek. Le bourgmestre de la commune, Bernard Clerfayt, a exprimé son mécontentement par voie de communiqué: "Je suis extrêmement fâché. Ce matin, la situation au carrefour Reyers était dantesque ! Nous avons eu de nombreux témoignages de citoyens schaerbeekois ou d’usagers de la route qui nous disent avoir rebroussé chemin après avoir été bloqués 1 heure sur la route. Cela fait des mois que l’on sait ce qu’il va se passer. Ce n’est à nouveau pas géré. Les automobilistes n’ont pas été informés correctement". 


"Fermer 3 tunnels en même temps n’est sans doute pas l’exemple d’une gestion intégrée et intégrale"

Bernard Clerfayt tacle le ministre bruxellois de la Mobilité: "Fermer 3 tunnels en même temps n’est sans doute pas l’exemple d’une gestion intégrée et intégrale, termes chers à la Région et à Pascal Smet. Ces décisions, dont il faut encore démontrer qu’elles étaient indispensables au bon déroulement du chantier Reyers, ne pouvaient entraîner que désordre et embouteillages. Mais la solution proposée est de dévier le trafic des grands axes vers des voiries locales ! C’est aberrant pour tout le monde mais pas pour la Région".


La Région mise en demeure

Le bourgmestre DéFI annonce que le collège de police de zone Nord a mis en demeure la Région de protéger les quartiers riverains du chantier et de réorienter le flux de circulation au départ de Montgomery vers l’avenue de Tervuren et celui en provenance du Boulevard Lambermont vers Léopold III. Il pointe également le manque de clarté dans les fléchages. "Il faut de l’information et du fléchage clairs: "Autoroute inaccessible". La zone de police a mis à disposition de ce chantier, au détriment d’autres missions importantes comme la sécurité routière ou la police de proximité, plus de personnel pour gérer les déviations et orienter les automobilistes. C’est la raison pour laquelle la zone de police a pris la décision de bloquer l’entrée de l’autoroute à hauteur de Roodebeek".

"Le premier jour est toujours problématique en cas d'interventions structurelles sur les infrastructures routières", réagit de son côté le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet. "Les gens s'adaptent dans les jours qui suivent. Par exemple, l'avenue de Tervuren n'est pas assez exploitée comme axe d'entrée dans la ville", poursuit Pascal Smet.


"Il n'y a pas d'alternative"

Deux des trois tunnels pour entrer dans Bruxelles sont ouverts, mais deux sur trois sont actuellement fermés pour en sortir, ce qui cause de longues files. "Nous devons fermer les trois tunnels. Il n'y a pas d'alternative. Les automobilistes pensaient peut-être que la circulation serait relativement fluide, comme ce fût le cas lors de la fermeture du premier tunnel. Mais le premier jour est toujours problématique." Bruxelles Mobilité étudie entre-temps la possibilité d'ouvrir à partir de lundi soir l'accès à l'avenue de Roodebeek via l'avenue de Mars, pour permettre aux automobilistes de rejoindre la E40.  

Vos commentaires