En ce moment
 
 

"La Boum 2": plusieurs jeunes expliquent les raisons de leur présence

 
 

Parmi les centaines de personnes présentes hier soir à "La Boum 2" au Bois de la Cambre, une large majorité souhaitait protester de manière pacifique contre les mesures sanitaires.

Les jeunes réunis hier soir au Bois de la Cambre, lors de "La Boum 2", souhaitaient revendiquer le droit de se rassembler et de faire la fête. Parmi la foule, il y avait notamment un étudiant en soins infirmiers. "On vient manifester parce que c'est le but. Je suis d'accord avec le mouvement, pas avec la violence, avec le mouvement. On vient exprimer nos idées mais dès que ça dégénère et qu'il y a besoin d'un peu d'aide, dès qu'on a les capacités, on peut aider. Donc on se présente devant les pelotons, on dit qu'on est infirmiers." "On est étudiantes et on a surtout perdu notre vie sociale, confie une jeune femme. On en profite enfin de juste pouvoir être avec les autres. On a tellement été solitaires et seuls que ça fait du bien de se sentir soutenu."

"On veut montrer aux flics qu'on n'est pas contre eux"

À l'arrivée des autopompes, des jeunes sont venus offrir des fleurs aux membres des forces de l'ordre. "On veut juste montrer aux flics qu'on n'est pas contre eux. On est juste contre le gouvernement qui est en procès actuellement parce qu'ils n'ont pas le droit de nous dire ça. Je suis avec les flics aussi parce qu'il y a des cons qui s'amusent juste à lancer des verres et des bois sur les camions." La majorité des participants à la Boum 2 était là de manière pacifique. Ils dénoncent toute forme de violence.

Ce matin, le Bois de la Cambre avait retrouvé son calme habituel. Les services de nettoyage sont venus tôt. Sur la plaine, il n'y a plus de traces des débordements. Mais à quelques mètres de là, deux jeunes ont ramassé les déchets laissés dans la végétation. Ils ne cautionnent pas le rassemblement d'hier. "C'est un peu exagéré parce qu'en Italie, quand il y a le lockdown, parfois on ne peut pas sortir de chez nous, confie un jeune homme. Ici, on peut aller au parc, on peut voir nos amis. Je pense que c'est un peu exagéré."




 

Vos commentaires