En ce moment
 
 

"Voici comment faire ralentir les hommes": après l'accident de Schaerbeek, des visuels de prostituées installés sur la rue

Après l'accident survenu à Schaerbeek au coin de la chaussée d'Helmet et de la rue Waelhem, une agence de communication entend faire ralentir les automobilistes en les intriguant via des visuels de prostituées.

Une jeune fille 14 ans a été renversée par une voiture jeudi matin à Schaerbeek. Elle a été hospitalisée dans un état critique. Quant à l'automobiliste, il a commis un délit de fuite après l'accident. Il a finalement été interpellé puis inculpé pour accident avec délit de fuite ayant provoqué des coups et blessures volontaires. Le juge d'instruction l'a ensuite libéré sous conditions.

L'accident est survenu au coin de la chaussée d'Helmet et de la rue Waelhem à Schaerbeek. La commune bruxelloise connaît une série noire depuis plus d'un an. Plusieurs accidents graves dus à des chauffards s'y sont produits, le dernier en date étant celui provoqué par un homme en état de récidive, roulant sans permis de conduire, et qui a mené une fille de 14 ans à l'hôpital. En tout, on dénombre quatre accidents graves en quelques mois sur cette zone. "On tape sur le clou depuis des mois, mais la situation ne s'améliore pas suffisamment, c'est inacceptable", réagit Benoit Gérard, porte-parole du collectif 1030/0.


"Une solution pour aider à faire ralentir les conducteurs"

Face à cela, une agence de communication a décidé de réagir. Des bâches ont été installées sur la façade de locaux donnant sur la rue Waelhem. Sur celles-ci figure un visuel de prostituées illuminées de néons rouges. "Voici comment faire ralentir les hommes", peut-on lire sur ces affiches. Le dispositif est installé depuis vendredi soir et a pour vocation de faire ralentir les automobilistes, intrigués par un tel visuel. 

"Le sujet nous touche particulièrement, étant témoins au quotidien des excès de vitesses dans la rue et de la dangerosité du carrefour de la chaussée de Helmet. Nous souhaitions montrer notre soutien à cette jeune fille. Nous avons donc immédiatement cherché une solution qui pourrait aider à faire ralentir les conducteurs", écrit Joost Berends, directeur de création et fondateur de l’agence, dans un communiqué.

Avant d'ajouter: "Nous avons alors simplement constaté qu’une des rues où les conducteurs roulaient le plus lentement est la rue d’Aerschot, pour les raisons que vous connaissez. Il nous semblait donc naturel d’agir à notre façon". La rue d'Aerschot constitue un haut lieu de prostitution bruxellois.

L'échevine de l'Égalité des genres et des chances de Schaerbeek a réagi. Sihame Haddioui (Ecolo) "regrette profondément l'utilisation d'une violence pour en condamner une autre", a-t-elle indiqué en réaction au visuel de prostituées placardé dans une rue de la commune bruxelloise. 

"Il n'est pas acceptable d'instrumentaliser les travailleuses du sexe pour produire une affiche qui essentialise tant les femmes dans un rôle d'objet sexuel que les hommes dans celui de prédateur", déplore l'échevine de l'Egalite des genres et des chances. "Si la sécurité routière est une priorité à Schaerbeek, elle ne peut se faire au détriment de la banalisation du sexisme et de la culture du viol. Si l'agence de communication souhaite vraiment soutenir la sécurité routière, je les inviterai dès lundi à mettre à profit leur créativité de manière respectueuse de tous et toutes", conclut l'échevine.


 

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires