En ce moment
 
 

12.000 perruches à Bruxelles, c'est beaucoup trop: elles seront stérilisées ou euthanasiées

12.000 perruches à Bruxelles, c'est beaucoup trop: elles seront stérilisées ou euthanasiées
 
 

Il est très fréquent de voir voler des perruches à Bruxelles. Si les passants ont tendance à trouver ça beau, ces animaux ne sont en fait pas très bons pour notre biodiversité.

Elles étaient 40 en 1975, elles sont aujourd'hui 12.000. Les perruches bruxelloises sont maintenant considérées comme des nuisibles et des solutions sont envisagées, indique SudPresse.

Joli spectacle... mais pas bon pour la biodiversité

Si vous vous êtes déjà promené au Cinquantenaire, sur la place Guy D'Arezzo ou dans le parc Élisabeth à Koekelberg, vous n'avez sans doute pas manqué leur cri strident, comme un sifflement. Un joli spectacle certes, et ce n'est pas leur cri qui pose problème, mais bien leur nombre. En 40 ans, leur population a été multipliée par 300. Elles mangent les bourgeons des arbres qu'elles occupent, elles nichent dans leurs troncs et les fragilisent. Certains rompent ainsi que leurs branches. Elles font également fuir aussi d'autres petits oiseaux indigènes, originaires de nos contrées, avec qui elles entrent en compétition. Elles font même fuir les chauves-souris.

La stérilisation voire l'euthanasie

Et c’en est trop. Bruxelles environnement, dans son plan Nature, veut réguler l'espèce pour préserver la biodiversité de la Région bruxelloise. Plusieurs oiseaux exotiques sont dans le collimateur de la nouvelle ministre de l'Environnement, Céline Frémault. Parmi ceux-ci, trois espèces de perruches, ainsi que les ouettes d'Égypte et les oies Bernaches. Les autorités envisagent la stérilisation, ou l'euthanasie de certains de ces volatiles devenus nuisibles.



 

Vos commentaires