En ce moment
 
 

Le bourgmestre d'Anderlecht décide de donner 500 doses de vaccins Pfizer à son personnel communal: a-t-il le droit?

 
CORONAVIRUS
 

Vous avez été nombreux à nous prévenir, via le bouton orange Alertez-nous, que le bourgmestre de la commune d'Anderlecht avait décidé d'administrer les 500 doses restantes du vaccin à son personnel communal et aux enseignants. On sait qu'ils étaient demandeurs mais officiellement, ils ne sont pas prioritaires. Le bourgmestre reconnaît même qu'il est passé outre les recommandations.

Au début de la semaine, le centre de vaccination d'Anderlecht, commune bruxelloise, dispose de plus de 500 doses du vaccin Pfizer non utilisées. La commune a décidé de les attribuer au personnel administratif et enseignants communaux qui ne sont pas encore vaccinés. Aucun critère d'âge n'est requis, ni de liste d'attente (mise en place sur la plateforme Bruvax depuis le 19 avril).

"On a commencé à téléphoner à cette liste d'attente mais on a rapidement constaté que dans cette liste, il y avait des personnes qui avaient déjà été vaccinées ou qui avaient déjà un rdv. Et donner 600 coups de fil en une journée pour donner 600 doses c'était impossible. C'est pour ça qu'on a monté cette opération presque militaire pour ne pas perdre les doses", explique Fabrice Cumps, bourgmestre de la commune d'Anderlecht. 

Le vaccin Pfizer ne se conserve que 6 jours une fois décongelé 

Contacté par notre équipe de journaliste, le ministre bruxellois de la Santé Alain Maron, est contre cette pratique: pour lui, la commune ne peut pas prendre ce genre d'initiative. "Ce n'est pas acceptable. Il faut respecter les procédures et les décisions prises lors des conférences interministérielles" 

La commune explique avoir agit dans l'urgence car la particularité du vaccin Pfizer est son temps de conservation après avoir été décongelé. "Dès qu'ils sont décongelés, on a un laps de temps de 6 jours pour les utiliser donc effectivement si on a pas assez de rdv soit on essaie de les remplir d'une manière ou d'une autre soit on doit les jeter", détaille Daniel De Ron, pharmacien expert du centre de vaccination d'Anderlecht. 

Le bourgmestre souhaite améliorer la procédure pour, à l'avenir, éviter ce genre de problème.

 




 

Vos commentaires