En ce moment
 
 

Attentat déjoué au nouvel an? Selon la famille d'un "Kamikaze Riders", la lettre d’adieu retrouvée n’aurait rien à voir

La lettre d'adieu trouvée chez Mohammed Kerai n'a pas de lien avec de soi-disant projet d'attentat pour le réveillon de Nouvel An, mais a été rédigée à la suite du décès de son père, qui s'est produit il y a longtemps, a indiqué une source proche de la famille de Kerai. Sur base de la découverte de cette lettre, la chaîne de télévision flamande VTM avait annoncé lundi soir qu'un attentat avait bel et bien été déjoué, une information également confirmée par des sources judiciaires.

Mohammed Kerai (27 ans, à droite sur la photo) et Saïd Saouti (30 ans, à gauche) ont été interpellés durant la matinée du dimanche 27 décembre. Les deux hommes appartenaient au club de moto "Kamikaze Riders", lié au groupuscule islamiste Sharia4Belgium par son fondateur Saïd Saouti. Selon le parquet fédéral, il existait des indices sérieux de projets d'attentats similaires à ceux commis à Paris, que les deux hommes planifiaient de commettre durant les fêtes de fin d'année dans plusieurs endroits symboliques de Bruxelles. Leurs cibles étaient la Grand-Place de Bruxelles, le commissariat central de la police situé non loin ainsi que des policiers et des militaires présents dans l'agglomération bruxelloise.


Une lettre d'adieu ou un testament?

Leurs avocats ont indiqué jeudi dernier qu'ils niaient tout projet d'attentat terroriste. Une lettre découverte chez Mohamed Kerai, dans laquelle il revendiquerait l'attentat prévu, semble indiquer le contraire mais cette information est contredite par une source proche de la famille Kerai. "Cette lettre n'a rien à voir avec de soi-disant projets d'attentats. Mohammed a écrit cette lettre à la suite du décès de son père, qui a eu lieu il y a longtemps, et sa famille était au courant de son existence. La lettre était destinée à sa famille, au cas où il décèderait au cours d'acrobaties de moto. Il y demande notamment d'être rapatrié au Maroc afin d'être ainsi réuni avec son père", a indiqué cette source.

"La famille est choquée par les informations parues dans les médias et souhaite réagir. Elle était en effet au courant de cette lettre et il ne s'agit pas d'une lettre d'un martyr qui revendique et justifie un attentat. Mon client l'a rédigée à la suite du décès soudain de son père, survenu en 2014, et en a parlé avec sa famille, bien que les membres de sa famille n'aient jamais vu cette lettre. La lettre était destinée à sa famille, au cas où il décèderait au cours d'acrobaties de moto. Il y demande notamment d'être rapatrié au Maroc et d'y être enterré à côté de son père", a confirmé son avocat, Me Xavier Carrette.

Vos commentaires