En ce moment
 
 

Bruxelles: 300 platanes menacés, les riverains se mobilisent

 

A découvrir

 

300 platanes situés sur l’avenue du Port à Bruxelles doivent être coupés. En cause: un projet de rénovation de l’avenue. La ministre bruxelloise des Travaux publics, Brigitte Grouwels, veut en faire une voie rapide. Mais les habitants du quartier ne l’entendent pas de cette oreille. Ils ont créé le groupe baptisé l’APPP: "Action Patrimoine Pavés Platanes".

Brigitte Grouwels, ministre bruxelloise des Travaux publics a mis sur pied un projet de rénovation de l’avenue du port pour en faire une voie rapide. 300 platanes doivent être sacrifiés pour mener à bien ce projet mais les riverains ne sont pas d’accord et se mobilisent.

"Les habitants ne vont pas se laisser faire"

La ministre avait confirmé le 20 juillet dernier qu'il n'entrait nullement dans ses intentions de faire marche arrière dans le dossier de la rénovation de l'avenue du Port. "Comme Brigitte Grouwels joue à la dame de fer et qu'elle n'a pas décommandé les travaux, les habitants ne vont pas se laisser faire" a indiqué Patrick Wouters de l’APPP au micro d’Olivier Lion de Bel RTL.

Une affiche géante place Sainctelette

Cet important axe de pénétration dans la capitale, qui s'apparente à une mer de pavés fortement endommagée, sera livré aux pelleteuses à partir du mois d'août. Mais l’APPP a décidé de mener des actions concrètes pour montrer sa désapprobation. "Il va y avoir du "schprountz", mais ce seront des actions non-violentes, agressives mais non-violentes", a encore ajouté Patrick Wouters. Ils ont d’ailleurs érigé une affiche géante sur la place Sainctelette en signe de protestation. Mais plusieurs campagnes ont déjà été menées, principalement en placardant des affichettes sur les platanes menacés ou en organisant des rencontres.

Les riverains imaginent un autre projet

Ce groupe a d’ailleurs imaginé un projet de rénovation qui épargnerait les arbres et serait moins coûteux. "On refait simplement les trottoirs, on laisse les arbres, on les soigne au cas par cas s'il le faut", a expliqué M. Wouters. Ils ont même pensé à aménager une piste cyclable sur la bande de stationnement actuelle. Selon le groupe, ce projet coûterait beaucoup moins que les 12 millions d’euros prévus par la ministre bruxelloise.




 

Vos commentaires