En ce moment
 
 

Bruxelles: des passagers de la STIB ont voyagé dans le temps ce samedi (vidéo)

Pour polluer moins, les transports en commun ont beaucoup évolué au fil du temps. C'est ce qu'on a pu constater aujourd'hui à Bruxelles. Pour fêter les 50 ans d'une des lignes de son réseau, la STIB a remis exceptionnellement en circulation plusieurs véhicules des années datant des années 60 à 90.

La ligne de bus 28, à Bruxelles, fête ses 50 ans. Pour l'occasion, les voyageurs ont fait un retour dans le passé ce samedi. Reconnaissables à leur couleur jaune et leurs fauteuils confortables, des bus historiques se sont mêlés à la circulation habituelle. Au volant, Luc, chauffeur de bus bénévole au musée du tram, qui a toujours rêvé de conduire un bus de cette époque. "C'est un rêve d'enfant que j'ai réalisé, je ne suis pas chauffeur de bus dans la vie", explique-t-il. Le bus qu'il conduit date de 1961. "Il a roulé jusqu'en 1977, dans toutes les rues de Bruxelles".

"Je suis arrivée en Belgique en 1982, et à ce moment-là, c'étaient des bus comme ça qui circulaient"

"Ça fait toujours plaisir d'entendre le bruit du moteur et toute l'ambiance spéciale de ces vieux bus", dit un passager. "Ça fait plaisir, non seulement ça rappelle le vieux temps, mais c'est chouette, parce qu'on les remet à l'honneur. Ça vaut la peine. Mais je ne savais pas que ça faisait 50 ans que le premier bus 28 avait circulé", dit une dame. "Je suis arrivée en Belgique en 1982, et à ce moment-là, c'étaient des bus comme ça qui circulaient. Donc ça me rappelle le vieux temps", dit un homme.


De la première direction assistée à l'hybride

Les bus ont évolué dans le temps. La première modernisation, c'était dans les années 60, avec la direction assistée et une boîte automatique. Plus tard, il y a eu des véhicules moins polluants. "Il y a eu quelques normes de pollution à partir de la fin des années 1970, et maintenant, nous en sommes à l'hybride", commente le chauffeur d'un jour.

Les bus jaunes se sont offert une balade nostalgique dans les rues de Bruxelles, avant de retourner au musée du tram.

Vos commentaires