En ce moment
 
 

Bruxelles: rouler à 30 km/h, plus de radars, budget... Rudi Vervoort s'explique sur sa politique de Mobilité

Bruxelles

Rudi Vervoort (PS), était l'invité de Pascal Vrebos ce dimanche sur RTL-TVI. Le ministre-président de la région Bruxelles-Capitale a largement été interrogé sur sa politique en matière de Mobilité: 30 km/h à Bruxelles, zones accidentogènes, radars. Voici les réponses du socialiste.

Pascal Vrebos: 30 à l'heure en région bruxelloise, est-ce que c'est réaliste?

Rudi Vervoort: Alors, l'objectif n'est pas de faire du 30 partout, c'est dans les zones apaisées. Pour les axes structurants, on est toujours à 50 km/h. Mais dans les zones à vocation résidentielle, oui ça me semble effectivement un élément de sécurité routière.

Pascal Vrebos: On parle de sécurité routière. Comment se fait-il que les Zaca, les zones à concentration d'accidents, identifiées en 2015 sous votre gouvernement, n'ont pas été réaménagées sauf huit? Pourquoi vous n'avez pas fait tout d'un coup puisque c'est une priorité?

Rudi Vervoort: Attendez. On va peut-être évoquer la réalité institutionnelle bruxelloise. Il y a des voiries qui sont des voiries communales et des voiries régionales. Chacun à son niveau doit prendre en compte la rénovation et la sécurisation de ces zones. Et puis il y a des réalités de chantier. On se plaint déjà de la multiplicité des chantiers, on ne va pas non plus sur-multiplier. On a simplement fait un catalogue des zones qu'il va falloir traiter, et c'est ce que nous ferons.

Pascal Vrebos: 60 nouveaux radars en 2020, c'est pour faire rentrer de l'argent pour les polices communales ou pour faire peur?

Rudi Vervoort: Les radars qui sont aujourd'hui achetés ont plusieurs fonctions. Ils servent avant tout à la mise en place de la zone de basse émission, qui vise l'amélioration de la qualité de l'air. Première chose. Et puis ce sont des radars qui peuvent servir aussi à la mise en œuvre d'une taxe intelligente de circulation. Ce sont des radars intelligents, donc ils peuvent aussi lutter contre les voitures qui ne sont pas couvertes par une assurance. Et puis effectivement aussi pour la vitesse. La vitesse est un facteur d'accident et d'aggravation des conséquences des accidents. Le but n'est pas de faire rentrer de l'argent dans les caisses, le but c'est d'assurer la sécurité routière.

Pascal Vrebos: 21% de votre budget consacré à la Mobilité, est-ce que c'est suffisant pour toutes les promesses que vous avez faites?

Rudi Vervoort: Oui c'est suffisant. On a un plan pluriannuel sur cinq années. Avec 500 millions chaque année d'investissement. Ça nous permettra d'augmenter l'offre en bus de 30%, de créer des nouvelles lignes de trams, et aussi de lancer en fin de chantier la nouvelle ligne de métro, le métro nord.

 

Vos commentaires