Choqués par la noyade d'un migrant sous les moqueries racistes, ils manifestent: "C'est insupportable" (vidéo)

Un rassemblement a eu lieu devant l'ambassade d'Italie, à Ixelles, en hommage au jeune Gambien qui s'est noyé dimanche dans le canal à Venise, devant des centaines de personnes indifférentes. Le rassemblement a été organisé par l'association Culture et Progrès (ACP).

Pateh Sabally, un Gambien de 21 ans, s'est jeté dans le Grand Canal à Venise, dimanche. Ce migrant s'est noyé sous les yeux de centaines de touristes, comme le montre la vidéo amateur filmant la scène. Le drame suscite l'indignation de par le monde. En effet: non seulement personne n'a sauté à l'eau pour tenter de sauver le jeune homme, mais en plus, des spectateurs du drame ont lancé des remarqué racistes et désobligeantes à l'égard de la victime.

Cet après-midi, après le tollé provoqué par cette vidéo, de nombreuses associations ont exprimé leur indignation. A Bruxelles, quelques dizaines de manifestants se sont rassemblées devant l'ambassade d'Italie en début de soirée. "Ce qui m'a beaucoup touché, c'est de voir que quelqu'un était en détresse et que personne ne venait à son secours, dit un manifestant au micro d'Emmanuel Dupont. Ça, ça m'a beaucoup touché. Et ça m'a révolté".


"La parole raciste se libère"

"Pour nous, c'est absolument inimaginable, a expliqué Dimitri Verdonck, président de l'association Culture et Progrès. Depuis plusieurs mois, même plusieurs années, on assiste à une banalisation de la parole raciste, c'est tout à fait clair. Et on est chaque fois très étonné, mais à force d'être étonné, on l'est de moins en moins. Et donc, pour nous, il y a de l'étonnement et une indignation. C'est insupportable".

"Comment peut-on en arriver là aujourd'hui?, interroge le député bruxellois Béa Diallo. Aujourd'hui, on vit ensemble, on se connait, c'est multiculturel. C'est vraiment effrayant".


Une enquête est ouverte 

Un rassemblement est également prévu à Venise vendredi et une enquête a été ouverte par le parquet. Celle-ci doit être approfondie et les témoins doivent être poursuivis pour non-assistance à personne en danger, réclame Dimitri Verdonck.

Vos commentaires