En ce moment
 
 

Des élèves d’une école bruxelloise sont partis à Istanbul avec 2 professeurs alors que les voyages non essentiels étaient interdits

 
 

Deux professeurs et des élèves d'une école bruxelloise sont partis en Turquie, durant l'interdiction des voyages non-essentiels. La direction de l'établissement n'était pas au courant. Le pouvoir organisateur doit décider d'une sanction.

Une dizaine d'élèves bruxellois sont partis en voyage scolaire pendant les vacances de Pâques. Ils se sont envolés pour la Turquie, alors qu'il était encore interdit de franchir les frontières. Ces élèves de rhéto sont scolarisés dans une école de Forest à Bruxelles, et ce sont deux professeurs qui auraient organisé, seuls, ce voyage. Information révélée ce matin par la DH.

Ce n'est qu'à leur retour que le directeur de l'établissement a pris connaissance de ce voyage. En 23 ans, Christian Watterman dit n'avoir jamais vu ça. Les 2 professeurs ont été convoqués.

Ce sont des enseignants qui font bien leur travail, mais il y a eu un terrible dérapage

"Que des enseignants aient fait ça, sans demander mon avis et mon accord... Ce sont des enseignants corrects, qui font bien leur travail, mais il y a manifestement eu un terrible dérapage de leur part", a réagi le directeur de l'école La Cime à Forest, Christian Watterman.  

Un voyage qui avait initialement été prévu l'année passée, mais annulé à cause de la crise sanitaire.

Les deux professeurs auraient donc décidé de partir, malgré tout, durant la semaine de fermeture juste avant le vacances de Pâques, accompagnés de leurs élèves de secondaire technique, âgés de 19 à 21 ans. Le groupe aurait d'abord pris un bus direction l'Allemagne puis un avion à destination d'Istanbul.

On n'a qu'une vie, on a vraiment eu envie de voyager

"On était au courant que les voyages non-essentiels étaient interdits mais on a pris le car jusqu'en Allemagne pour aller en Turquie. On n'a qu'une vie et on a vraiment eu envie de voyager", raconte Younes, l'un des jeunes qui a participé au voyage. Un autre confie: "Je ne voulais pas partir mais les profs nous ont dit qu'on avait déjà payé et qu'on était obligé de partir".

Les professeurs ont expliqué à leur direction avoir craint de perdre l'argent économisé par leurs élèves, surtout que le déplacement avait déjà été reporté l'année dernière. "Ils ont été prudents, ils ont fait des tests PCR, ils ont fait une quarantaine à leur retour, ils ont respecté les gestes barrières durant le voyage mais ils ne pouvaient pas faire ce qu'ils ont fait", estime Christian Watterman.

Aucun élève, ni enseignant n'a été testé positif au retour. Le pouvoir organisateur doit décider d'une sanction, éventuellement d'un renvoi. En attendant, les deux professeurs vont continuer d'enseigner.




 

Vos commentaires