En ce moment
 
 

Evere: une jeune fille de 11 ans meurt intoxiquée au monoxyde de carbone

 
 

Il est un peu plus de 19H ce vendredi soir. Dans un appartement d'un immeuble situé rue François Van Cutsem à Evere, les cinq membres d’une famille se succèdent dans la salle de bain. Les parents et les trois enfants âgés de 3, 4 et 11 ans. La pièce est mal ventilée. "Les trois enfants ont été lavés dans la salle de bain, sans doute suite à l'accumulation de CO, la jeune fille qui est y a été en dernier, qui est restée 15 à 20 minutes dans la salle de bain, est tombée en syncope. Elle a été retrouvée inconsciente par ses parents", précise Walter Derieuw, le porte-parole de la zone de secours SIAMU.

Les pompiers et Sibelga ont coupé le gaz pour l'ensemble de l'immeuble

Toute la famille a été emmenée d’urgence à l’hôpital. La fille ainée n’a pas survécu à cette intoxication au monoxyde de carbone. Un médecin a été désigné pour autopsier le corps.

L’installation est aujourd’hui mise en cause. "C'est un chauffe-eau qui, semble-t-il, était défectueux. Il semblerait que ce genre d'installation soit aussi dans d'autres appartements de l'immeuble. C'est la raison pour laquelle les pompiers et Sibelga ont coupé le gaz pour l'ensemble de l'immeuble. Ils ont demandé à l'ensemble des occupants de vider les lieux", explique le bourgmestre faisant fonction d'Evere, Ridouane Chahid. "C'est un concours de circonstances: pas d'apport d'air frais, pas de ventilation, un chauffe-eau qui ne fonctionnait pas d'une façon optimale", confie le porte-parole des pompiers.

Une enquête a été ouverte par le parquet. Les victimes sont suivies médicalement et psychologiquement. L’an dernier, 29 personnes ont perdu la vie suite à une intoxication au CO.

Les pompiers rappellent l'importance :

  • de veiller à un apport d’air frais et à une bonne ventilation
  • de détenir un appareil conforme installé par un technicien agréé. Entretien régulier et contrôle obligatoire.
  • d'avoir une bonne évacuation des gaz de combustion
  • suivre les alertes CO de l’IRM

 




 

Vos commentaires