En ce moment
 

Vol qui tourne mal à Comblain-au-Pont: "Avec les éléments qu’on a, il n’y a pas de légitime défense"

Il était près de 4h00 du matin jeudi quand cinq individus encagoulés ont tenté de cambrioler la station-service Total située rue Poulseur, à Comblain-au-Pont. Le gérant de l'établissement qui se reposait à l'étage au moment des faits a alors fait fuir les malfaiteurs avant de se munir d'une arme à feu. Il s'en est d'ailleurs servi pour tirer à plusieurs reprises sur le véhicule à bord duquel les voleurs ont pris la fuite. L'un d'eux, blessé, a succombé à ses blessures.

Un vol a eu lieu durant la nuit de mercredi à jeudi, à Comblain-au-Pont. Il était près de 04h00 du matin quand plusieurs malfrats ont fait irruption dans une station-service Total située rue Poulseur. Selon le parquet de Liège, le gérant des lieux a tiré sur un des malfaiteurs qui a succombé à ses blessures.

Jeudi soir, le gérant de la station-service a été placé sous mandat d'arrêt, a déclaré jeudi soir Catherine Collignon, premier substitut du procureur du Roi. Ce matin, au micro RTL INFO, elle précise le fil des événements: "La police a été appelée à Comblain-au-Pont, puisqu’un vol qualifié venait de se produire à la station Total. Dans le même temps, quelques minutes plus tard, le SMUR est appelé, ainsi que la police, pour se rendre à quelques minutes au-delà, parce qu’un corps gisait sur la voie publique. C’est un vol qualifié qui a mal tourné, malheureusement. Cinq auteurs se sont présentés devant cette station-service, sont rentrés par effraction, le gérant a été interpellé par les bruits et s’est présenté à eux. Ils ont pris la fuite, et lorsqu’ils étaient dans leur véhicule, le gérant a fait feu".


"Il n’y a pas de réaction proportionnelle"

Les voleurs présumés étaient donc déjà dans le véhicule, raison pour laquelle la légitime défense est difficilement justifiable. "A ce stade-ci, avec les éléments qu’on a, effectivement, il n’y a pas de légitime défense. Maintenant, nous sommes au début de l’instruction, il faut laisser aux enquêteurs et au juge d’instruction le soin de faire leur travail, et peut-être que d’autres éléments plaideront pour la légitime défense, mais à ce stade-ci, je ne le pense pas, dans la mesure où il n’y a pas de réaction proportionnelle et qu’il n’y a pas eu de violence grave à l’égard du gérant", indique Catherine Collignon.


La femme et la fille du pompiste réagissent

"C'est le monde à l'envers. C'est lui qui a eu cinq types quasiment sur lui. Il aurait pu… il avait ce qui lui fallait pour les tuer tous les cinq derrière le comptoir. Mais il a réfléchi dans la minute cinquante que ça a duré, il a pris la bonne décision. Il n'a tiré sur personne pour les tuer, il a juste voulu neutraliser le véhicule, parce que la police allait arriver. Pour qu'au moins cette fois-ci ils tombent sur les malfrats. Ce n'est que ça!", réagit Frédérique, la femme du gérant, auprès de nos reporters Samuel Ledoux et Julien Raway.

En pleine tourmente, sa fille a tenu à dénoncer les fausses informations et les commentaires qui ont circulé dans la presse et sur les réseaux sociaux.


Vos commentaires