En ce moment
 

Hommage à l'aéroport: Charles Michel a rencontré les familles des victimes après les cérémonies commémoratives

  • Minute de silence en hommage aux victimes de l

  • Journée d

 

Une centaine de personnes se sont rassemblées jeudi matin à partir de 07h45 dans le hall des départs de l'aéroport de Zaventem pour rendre hommage aux victimes de l'attentat qui y a été perpétré il y a deux ans jour pour jour.

Plus d'une cinquantaine de victimes et proches de victimes étaient présents, de même que des membres de la Croix-Rouge de Belgique. Le CEO de Brussels Airport Arnaud Feist était entouré de représentants du gouvernement fédéral, à commencer par le Premier ministre Charles Michel et les ministres Jan Jambon (Sécurité et Intérieur), Didier Reynders (Affaires étrangères), Koen Geens (Justice) et François Bellot (Mobilité et Transports) ainsi que du ministre-président du gouvernement flamand Geert Bourgeois. La ministre des Affaires sociales et de la Santé Maggie De Block a également été aperçue dans le public. Des gerbes de fleurs blanches et rouges ont été déposées devant la plaque commémorative située dans le hall des départs. Une bougie a été allumée. Le public a respecté une minute de silence à 07h58, heure de l'attentat. Aucun discours n'a été prononcé. La cérémonie a été d'une très grande sobriété. Des victimes se sont ensuite recueillies devant la plaque commémorative.

Des représentants des victimes et certains proches avaient déploré que la minute de silence n'ait pas été annoncée dans tout l'aéroport et le fait qu'un cordon les maintenait à distance de la plaque commémorative. Certains reprochaient également aux membres du gouvernement fédéral présents de ne pas être venus les saluer. "On l'a croisé à l'hôtel et il n'a même pas dit bonjour", avait ainsi regretté Guillaume Denoix de Saint Marc, fondateur et directeur général de l'Association française des victimes du terrorisme.

Mais le Premier ministre Charles Michel s'est ensuite rendu dans le hall de l'hôtel Sheraton, jeudi peu après 08h du matin, après la première cérémonie commémorative à l'aéroport de Zaventem, pour s'entretenir avec des proches des victimes. Le fondateur de l'association de victimes V-Europe Philippe Vansteenkiste faisait partie des personnes que le Premier ministre a rencontrées en privé : "On a pu tirer les choses au clair et comprendre où étaient les malentendus. C'est bien qu'il soit passé. On a pu apaiser les quelques points de malentendus. On espère que cela va réconforter les coeurs".

Concernant la mise en place d'un cordon qui maintenait familles, proches et journalistes de la plaque commémorative, les autorités ont expliqué qu'il s'agissait d'une décision de police dans un aéroport, qui, rappellent-elles, est toujours en niveau 3 de sécurité (au contraire du pays qui est redescendu récemment au niveau 2). Le but était notamment d'éviter que des voyageurs pressés ne traversent la zone au milieu des familles en recueillement.  

hommage03
hommage04
hommage05
hommage06
hommage01
hommage02

La station Maelbeek plongée dans un émouvant silence

Une minute de silence a été observée ensuite, à 09h11, dans la station de métro Maelbeek. Les victimes et leurs proches ainsi que la délégation officielle, composée notamment du Premier ministre Charles Michel, du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort et du bourgmestre de Bruxelles Philippe Close, se sont recueillis dans le hall d'accueil.

La mine sombre, la centaine de personnes rassemblées dans le hall ont rendu hommage aux victimes en observant une minute de silence à 09h11 précises, heure à laquelle Khalid El Bakraoui a déclenché sa ceinture d'explosifs, il y a tout juste deux ans, dans une rame de métro de la ligne 5 immobilisée dans la station Maelbeek, en plein cœur du quartier européen.

Les navetteurs du métro, temporairement à l'arrêt, ont également été invités à se recueillir en silence, de sorte que seuls les souvenirs imprégnaient l'atmosphère de la station martyre. Au terme de cet hommage, ponctué par un morceau de violoncelle, Charles Michel, Rudi Vervoort et Philippe Close ont chacun déposé une couronne de fleurs sans faire de déclarations. A l'extérieur, les forces de l'ordre cernaient les entrées de la station, même si celle-ci restait ouverte au grand public.

Les victimes et leurs proches devaient ensuite être accueillis à l'hôtel Thon, à proximité, tandis que le Premier ministre était attendu au monument érigé en commémoration de toutes les victimes d'attentats terroristes, entre le parc du Cinquantenaire et le rond-point Schuman, pour une cérémonie d'hommage.

Plongeant les voyageurs dans le désarroi le plus profond, l'attentat de la station Maelbeek a fait 16 morts et plus d'une centaine de blessés. Il faisait suite à une première salve d'explosions meurtrières survenues à l'aéroport de Zaventem. Au total, ces attentats, revendiqués par l'organisation djihadiste Etat islamique, ont fait 32 morts et 324 blessés à des degrés divers.

Vos commentaires