En ce moment
 
 

600 personnes ont manifesté à Bruxelles pour la fermeture des abattoirs: "Ce massacre inouï n'est pas nécessaire"

600 personnes ont manifesté à Bruxelles pour la fermeture des abattoirs:
Twitter: AnimaVeg asbl @AnimaVeg

Quelque 600 personnes, selon les organisateurs de l'événement, ont participé dimanche après-midi à une marche depuis la Gare centrale de Bruxelles jusqu'à la Bourse pour demander la fermeture des abattoirs.


fin de l'élevage, de la pêche et de la chasse

Les participants ont également réclamé la fin de l'élevage, de la pêche et de la chasse. L'action, qui est organisée depuis 2015 à Bruxelles, était une initiative de Bite Black, une organisation de défense des animaux.

Les manifestants, qui avaient revêtus un t-shirt rouge, ont organisé un die-in en se couchant à terre devant la Bourse pour symboliser une marée de sang, le tout sur fond sonore de la Marche funèbre de Chopin et des bruits de cris d'animaux tués.

Enormément de souffrance

"La production de viande implique que l'on tue des animaux mais le consommateur ne voit plus le lien entre la viande qu'il consomme et les animaux tués. Ces derniers sont des êtres sensibles et leur mise à mort dans les abattoirs engendre énormément de souffrance. Chaque année, 319 millions d'animaux sont tués en Belgique pour la consommation, et 63 milliards dans le monde. On estime en outre qu'entre 100 et 300 milliards de poissons sont pêchés par an, sans loi spécifique sur les conditions de leur capture alors qu'eux aussi sont sensibles à la douleur", a expliqué Benjamin Loison, porte-parole de Bite Back. 


"Ce massacre inouï n'est pas nécessaire"

"Nous estimons que les animaux ne doivent ni être maltraités ni tués et souhaitons amorcer une réflexion sociétale afin d'y mettre un terme. Ce massacre inouï n'est pas nécessaire puisqu'on peut se passer de consommer des animaux et adopter une alimentation végétalienne", a-t-il conclu.

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires