En ce moment
 
 

Ces 6 familles avec 21 enfants ont été expulsées et devront dormir dehors ce soir à Bruxelles: "Ici on est en 2015, dans la capitale européenne"

  • Des familles slovaques expulsées de leur logement d

  • Quelle solution pour les familles roms expulsées à Ixelles?

 
 
 

Six familles avec 21 enfants dormiront dehors ce soir en plein cœur de Bruxelles. Ces Roms, venus de Slovaquie, sont en Belgique depuis 5 mois et viennent d'être expulsés du logement dans lequel ils étaient hébergés. Frédéric Delfosse les a rencontrés pour le RTLINFO 19H.

Une dizaine d'enfants et une quinzaine d'adultes d'origine slovaque ont été expulsés mercredi après-midi du logement ixellois fourni par le Samusocial, où ils étaient hébergés depuis décembre dernier. "Aucune solution de relogement ne leur a été proposée", a indiqué mercredi Bernard Devos, Délégué général aux Droits de l'enfant. Depuis quelques semaines, une dizaine d'autres enfants roms et leurs familles, se trouvent également à la rue dans les alentours de la porte d'Anderlecht. La vingtaine d'enfants et leurs familles d'origine slovaque étaient hébergés depuis décembre dernier, durant le dispositif hivernal, dans un logement de la rue Fritz Toussaint à Ixelles, dans le cadre d'une convention humanitaire entre Fedasil et le Samusocial. Fedasil a toutefois décidé de mettre un terme à cet accueil et aucune solution de relogement n'a été trouvée.


"Au moment où les choses se mettaient en place, on met ce groupe à la porte"

"Les enfants étaient scolarisés et les adultes avaient entrepris des démarches pour régulariser leur situation et trouver un emploi. Au moment où les choses se mettaient en place, on met ce groupe à la porte. Il s'agit véritablement du niveau zéro de l'application de la convention des Droits de l'enfant", a déploré Bernard Devos. "Ici on est en 2015, dans la capitale européenne. Imaginer que 21 enfants dormiront dehors, ça me semble assez surréaliste", commente-t-il au micro de notre journaliste.

Avant d'occuper le logement de la rue Fritz Toussaint, le groupe squattait une usine désaffectée de Berchem-Sainte-Agathe qui ne disposait pas d'eau courante, d'électricité ni de sanitaires.


Une problématique européenne

L’administration qui gère les permis de séjour estime avoir prévenu depuis longtemps ces familles. Ils ne sont ni réfugiés, ni demandeurs d’asile. Ils sont européens, et il sagit bien d’une problématique européenne: "Ca fait plusieurs années qu’elles sont en situation d’errance à Bruxelles, dans nos centres d’hébergement, dans les parcs… On se souvient du parc Maximilien en juillet 2013, c’étaient ces mêmes familles, et on constate qu’il n’y a pas de solutions à long terme qui sont dégagées facilement pour ces personnes", explique Christophe Thielens, porte-parole du Samu social de Bruxelles.


"Pas de solution ce soir"

D’après notre journaliste François Genette, en direct de la porte d’Anderlecht, la situation ne devrait pas s’améliorer rapidement: "Pas de solution aujourd’hui, et pas de solution ce soir. Toutes les personnes qui se trouvent ici porte d’Anderlecht dormiront tout simplement dans la rue", explique-t-il en direct dans le RTLINFO 19H.




 

Vos commentaires