Froid polaire: le bourgmestre de la Ville de Bruxelles mobilise la police pour contraindre les sans-abri à accepter un hébergement

Froid polaire: le bourgmestre de la Ville de Bruxelles mobilise la police pour contraindre les sans-abri à accepter un hébergement

Après le bourgmestre d'Etterbeek, c'est au tour de celui de la Ville de Bruxelles de s'engager pour que les sans-abris ne restent pas dehors en cette période de grand froid.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close a décidé de mobiliser sa police pour contraindre les sans-abri à accepter un hébergement, a indiqué ce lundi sa porte-parole Wafaa Hammich. Philippe Close précise que pour les adultes, ce sont les travailleurs sociaux qui resteront en première ligne et qui pourront solliciter les services de police au besoin. L'intervention de la police visera surtout les enfants en rue.

Une attention spéciale sera accordée aux jeunes enfants qui dorment dans la rue, avec la collaboration du parquet de la jeunesse. Le bourgmestre appelle tous ses travailleurs sociaux à s'inquiéter des mineurs en rue et à essayer de les convaincre eux et leurs parents de se faire héberger.

En l'absence de résultat, ils devront faire appel aux services de police. Philippe Close ne prendra pas d'ordonnance de police comme à Etterbeek dimanche. "Sur les adultes, cela me semble difficilement opérable parce que je ne vois pas le policier arrêter un sans-abri et l'emmener aux travailleurs sociaux dans un local", estime le bourgmestre.


"Notre objectif est qu'il n'y ait personne dehors" 

"La police pourra être sollicitée, mais les travailleurs sociaux resteront en première ligne. (...) L'arrestation administrative est de quelques heures. Je pense qu'il ne faut pas aller jusque-là, même si je comprends la démarche de Vincent De Wolf. Notre objectif est qu'il n'y ait personne dehors en cette période de grand froid", explique t-il. 

La Ville dispose de quatre centres sur son territoire. Le bourgmestre en appelle à la solidarité des autres communes. Il les invite à ouvrir des places d'accueil, 80% de l'hébergement ayant cours sur le territoire la Ville de Bruxelles.

Ce dimanche, Vincent De Wolf, le bourgmestre d'Etterbeek, avait été le premier à s'engager dans ce sens. Il avait décrétait une ordonnance de police qui impose l'arrestation administrative des sans-abri qui refuseraient d'intégrer les hébergements d'hiver. "Le bourgmestre est légalement obligé de garantir la sécurité et d'offrir de l'aide aux personnes dans le besoin", précise la commune bruxelloise.


Risque d'hypothermie et de décès à cause du froid extrême 

Ces mesures exceptionnelles sont prises alors que des températures pouvant descendre jusque -10 degrés sont annoncées pour les jours à venir. "Les sans-abri qui resteraient dehors dans ces conditions risquent de tomber en hypothermie et même de mourir de froid", avait expliqué le bourgmestre De Wolf.


"Chaque sans-abri devra être conduit dans une salle chauffée de la commune"

"L'ordonnance de police permet, dans les cas d'absolue nécessité, de protéger les SDF qui se mettraient eux-mêmes en danger en refusant l'hébergement par une arrestation administrative. Chaque sans-abri devra être conduit dans une salle chauffée de la commune. Un médecin sera consulté afin de déterminer si l'état de santé de la personne la mettrait en danger si elle retourne à l'extérieur. Selon l'avis du médecin, elle pourra être gardée à l'intérieur jusqu'à l'aube suivante", avait justifié le bourgmestre.

A Etterbeek, l'ordonnance de police sera en vigueur entre 20h et 7h, et ce jusqu'au 8 mars. Si les conditions climatiques devaient demeurer en l'état, la mesure pourra être prolongée.

Vos commentaires