En ce moment
 

Grève du zèle à l'aéroport de Zaventem où les Diables décollent pour la Russie

Grève du zèle à l'aéroport de Zaventem où les Diables décollent pour la Russie

L'avion des Diables décollera à l'heure promettent les douaniers qui entament une grève du zèle en ce moment à Brussels Airport, mais aussi à l'aéroport de Liège. Hormis les Diables, les voyageurs devront donc prendre leurs dispositions et arriver bien à l'avance. Les douaniers demandent d'avantage de personnel et de matériel. Ils veulent aussi être mieux formés.

Les douaniers des aéroports de Bruxelles-National (Zaventem) et Bierset (Liège) ont entamé mercredi vers 08h00 une grève du zèle, a confirmé Aubry Mairiaux, président de l'UNSP Finances. Les agents protestent contre les engagements non tenus par le ministre des Finances Johan Van Overtveldt. Les passagers arrivant à Zaventem ainsi que leurs bagages sont méticuleusement contrôlés depuis mercredi matin, engendrant des files conséquentes dans le terminal, explique Marc Nijs, secrétaire de l'aile flamande de la CSC Services publics. Le syndicat précise néanmoins qu'il n'est pas question de retarder le vol des Diables rouges, qui s'envoleront ce mercredi midi pour la Russie afin de participer à la Coupe du monde de football.

Une prime de 49 euros pointée du doigt

A Liège, c'est principalement le fret qui fait l'objet du zèle des douaniers, précise M. Mairiaux, qui fustige la vacuité de la parole de M. Van Overtveldt. Le ministre, qui est en charge des douanes, s'était engagé l'année passée auprès des syndicats à recruter une personne pour chaque départ. Dans la perspective du Brexit, l'engagement de 140 agents supplémentaires était également prévu. Or, les renforts promis ne sont toujours pas arrivés, augmentant la pression sur un personnel qui doit en plus exercer des missions dans le cadre de la lutte contre la menace terroriste. Les agents de la douane dénoncent ensuite le manque de reconnaissance dont il font l'objet, notamment quant à la pénibilité de leur travail et aux risques encourus. La prime pour ces derniers ne s'élève qu'à 49 euros par mois.

"Le gouvernement ne prend pas ses responsabilités"

Le syndicat chrétien pointe quant à lui la pénurie de formateurs et la difficulté d'organisations d'examen. Les représentants syndicaux estiment également que le manque de personnel rend très difficile la mise en place des services continus au sein des aéroports qui ne cessent de développer leurs activités. Cette difficulté engendre aussi des problèmes de sécurité et favorise les trafics en tout genre, au Port d'Anvers par exemple. Le matériel pose également problème. Les équipements sont remplacés selon une enveloppe fermée. "On risque donc de voir notre parc divisé par deux en termes de véhicules ou de scanners par exemple, car l'achat de matériel sophistiqué est plus onéreux aujourd'hui", s'inquiète Aubry Mairiaux. "Le gouvernement ne prend pas ses responsabilités, il ne se donne pas les moyens de lutter efficacement contre la fraude fiscale", conclut M. Mairiaux. Les actions spontanées de ce mercredi matin prendront fin sur le temps de midi, mais les syndicats préviennent qu'elles seront amenées à se reproduire si le ministre ne transforme pas ses paroles en actes.

Vos commentaires