En ce moment
 
 

Incendie criminel d'une synagogue à Anderlecht: trois personnes intoxiquées (vidéo)

 

Un incendie criminel a eu lieu tôt ce mardi matin à la synagogue d’Anderlecht. Trois personnes ont été légèrement intoxiquées. Au moins 4 foyers différents ont été découverts par les pompiers. Dimanche, des visiteurs du Mémorial national aux martyrs juifs, toujours à Anderlecht, ont été victimes de jet de pierres, de bouteilles et de propos antisémites. La ligue belge contre l'antisémitisme a décidé de porter plainte.

Un incendie "probablement volontaire" s'est déclaré dans la nuit de lundi à mardi dans des appartements situés au-dessus d'une synagogue à Anderlecht, a annoncé le parquet de Bruxelles. "Vers 05H30, un incendie a été signalé à l'étage d'une synagogue d'Anderlecht", un quartier situé près de la gare du Midi, a déclaré un porte-parole du parquet, Laurens Dumont. "Un expert en incendie et le labo de la police fédérale ont été envoyés sur place. Selon les premiers éléments, il semblerait qu'il s'agisse d'un incendie volontaire", a ajouté M. Laurens. "Toutes les pistes sont ouvertes", mais l'enquête "n'en est qu'à ses débuts".

"Il y avait l’intention de mettre le feu au bâtiment"

Le feu s'est déclaré au deuxième étage du bâtiment où des dégâts de fumée ont été constatés par les pompiers qui se sont rendus sur les lieux. Les trois personnes qui s'y trouvaient ont été légèrement intoxiquées par les fumées et ont été soignées sur place. Le début d’incendie a heureusement très vite été maîtrisé. La piste accidentelle a été écartée. "Ça semble être clairement criminel, donc là je crois qu’il n’y a pas de doute par rapport à ce qu’on a vu sur place. Il y avait de l’accélérant qui avait été utilisé donc de l’hydrocarbure type essence ou bien White Spirit, donc ça veut dire clairement qu’il y avait l’intention de mettre le feu au bâtiment", a expliqué Marc Baudhuin, capitaine des pompiers de Bruxelles, au micro d’Adel Lassouli pour RTL TVI.

"C’est des vandales qui viennent d’ailleurs, qui avaient envie cette nuit-là de faire un acte de vandalisme"

Équipée de portes blindées, la synagogue était fermée pendant la nuit, mais des individus ont sans doute pu y pénétrer par les toits. C’est en tout cas ce que pense Jehuda Guttman, le président de la communauté israélite orthodoxe de Belgique abritée par cette synagogue. Il ne croit pas à l’acte antisémite. "Si les personnes sont assez qualifiées, assez capables de pénétrer dans une maison, de mettre quatre foyers d’incendie et qu’il s’agirait d’un acte antisémite, ils s’attaqueraient aux objets de cultes, ils s’attaqueraient à la grande salle de la synagogue qui est splendide et qui est centenaire. C’est des vandales qui viennent d’ailleurs, qui avaient envie cette nuit-là de faire un acte de vandalisme à mon avis" , a-t-il commenté. Le dossier en est pour l’instant au stade d’information judiciaire. Aucune thèse n’est privilégiée, ni la thèse antisémite, ni une quelconque autre thèse.

 

Vos commentaires