En ce moment
 
 

Jessica, une infirmière atteinte du coronavirus, continue de travailler malgré tout: la Bruxelloise témoigne

Jessica, une infirmière atteinte du coronavirus, continue de travailler malgré tout: la Bruxelloise témoigne
© Belga
CORONAVIRUS

Le coronavirus en Belgique continue sa propagation. Jessica, infirmière à Bruxelles, fait partie des personnes atteintes par le virus. Elle raconte ce qu'elle traverse.

Des infirmiers, des médecins, des kinés prennent des risques chaque jour pour venir en aide aux malades. Des soignants positifs au Covid-19 continuent d'aller travailler malgré tout. C'est le cas de Jessica.

Maux de tête, perte de goût et d'odorat, l'infirmière a développé plusieurs symptômes la semaine dernière. La femme testée positive, elle a décidé de poursuivre le travail malgré tout pour éviter la pénurie de personnel. Jessica respecte les consignes puisque sa température reste modérée. "Si j'ai le moindre doute et qu'un matin, je me réveille et que je sens que je ne suis pas optimale et que je risque d'être dangereuse pour mes patients ou mes collègues, je n'irai pas travailler", confie-t-elle à Olivia François.

Blouse, masque de protection, Jessica continue à soigner ses patients comme d'habitude. "A la limite, j'ai besoin de moins de protections pour entrer dans une chambre vu que je suis moi-même atteinte. Mais je fais surtout attention par rapport à mes collègues", précise Jessica. Cette dernière ajoute que de plus en plus de ses collègues sont atteints "mais on ne teste pas tout le monde". "Si on testait tout le monde, la moitié de l'hôpital ne travaillerait plus donc ce n'est pas possible", lance l'infirmière.

Jessica l'avoue....à la fin de la journée, elle est épuisée. "Je suis très fatiguée. Toute la tension de la journée se relâche. C'est plus compliqué que d'habitude à gérer", dit-elle.

> CORONAVIRUS: consultez les dernières informations

Il n'est pas question pour Jessica de rester chez elle, mais ses deux enfants restent chez leur père pour les deux prochaines semaines. "Je ne verrai pas mes enfants pendant 15 jours, mais c'est pour les protéger. Je les ai régulièrement au téléphone. C'est difficile, mais c'est mieux comme ça, c'est mieux pour eux", explique la mère de famille.

> CORONAVIRUS: RTL INFO répond à vos questions

Dans les services de soins intensifs des hôpitaux de la capitale, on arrive progressivement à un plafond des hospitalisations qui demeure sous le maximum de capacité. La durée du séjour en hôpital peut aller jusqu'à trois ou quatre semaines.

 

 

Vos commentaires