En ce moment
 
 

La N-VA dénonce le "laxisme" bruxellois après les deux émeutes: le parti réclame l'INTERDICTION des rassemblements dans la capitale

La N-VA dénonce le

La N-VA réclame l'interdiction des rassemblements à Bruxelles, "au moins pour la semaine prochaine", a indiqué mercredi le député fédéral Koenraad Degroote.

La star des réseaux sociaux Vargasss92, suivi par des centaines de milliers de jeunes sur Snapchat et Instagram, avait appelé ses fans à se rassembler mercredi à 16h00 place de la Monnaie à Bruxelles. L'événement a attiré de très nombreux jeunes. La manifestation n'étant pas autorisée, la police a voulu disperser la foule, qui a alors pris à partie les forces de l'ordre.


"Utiliser tous les moyens possibles afin de garantir l'ordre public"

"Nous devons à présent utiliser tous les moyens possibles afin de garantir l'ordre public", a réagi Koenraad Degroote. "S'il y a un manque d'effectifs, on peut demander des renforts à la police fédérale. En outre, une interdiction des rassemblements peut-être nécessaire, surtout dans les zones précaires." "A partir d'un groupe de vingt personnes, nous ne pouvons peut-êre plus faire face à une opposition", a estimé le député rationaliste flamand. "Une interdiction est certainement nécessaire pour la semaine prochaine, afin que le calme puisse revenir."

Le ministre flamand Sven Gatz veut s'entretenir avec Philippe Close

Le ministre flamand en charge des affaires bruxelloises, Sven Gatz (Open VLD), veut quant à lui s'entretenir avec le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close, à propos des échauffourées du week-end dernier dans le centre-ville. Selon lui, les événements s'expliquent en partie par le manque d'une "politique de sécurité correcte" dans la capitale.

Une culture correcte implique que chacun sache quand la police réagira sévèrement, a expliqué M. Gatz. Selon lui, les incidents qui sont survenus après le match de football sont "intolérables et ne peuvent plus se reproduire". Le ministre libéral soutient l'idée d'une fusion des zones de police mais il n'y voit pas la panacée.


Une politique "flamande" de sécurité dans la capitale

Le député Karl Vanlouwe (N-VA), qui interrogeait M. Gatz au parlement flamand, a quant à lui fustigé le "laxisme" bruxellois. "Nous ne pouvons pas laisser ce laxisme diriger plus longtemps notre ville", a-t-il dit avant de plaider lui aussi pour la mise en oeuvre d'une politique "flamande" de sécurité dans la capitale"Car je suis convaincu que Bruxelles a besoin d'une approche flamande (en français dans le texte)", a-t-il ajouté.

Vos commentaires