En ce moment
 
 

Magasins et lieux publics: les fermetures se multiplient après les attentats à Bruxelles

A la suite des explosions survenues à Bruxelles et Zaventem mardi matin et au relèvement du niveau d'alerte à son maximum (4), de nombreux lieux publics ferment leurs portes à Bruxelles. Les différents bâtiments de justice des alentours de la place Poelaert resteront fermés mardi. Les musées restent portes closes. Certains magasins ont décidé de ne pas ouvrir, même si pour l'heure, Comeos n'a reçu aucune information.

Les différents bâtiments de justice des alentours de la place Poelaert à Bruxelles ont fermé leurs portes mardi matin, peu après 9h00, et resteront fermés pour le reste de la journée au moins. Le Palais de Justice de Bruxelles et le bâtiment Portalis qui abrite entre autres le parquet seront fermés mardi, a confirmé Ine Van Wymeersch, porte-parole du parquet de Bruxelles.

Plusieurs magasins ont également décidé de ne pas ouvrir. Les magasins Ikea de Zaventem et d'Anderlecht resteront fermés mardi. "Nous suivons de près les consignes de sécurité des autorités et des organismes en charge et nous évaluons en continu l'évolution de la situation dans nos autres magasins", indique l'enseigne dans un communiqué. Interrogé par l'agence Belga quant à la fermeture d'autres magasins sur Bruxelles, la fédération du secteur de la distribution et des services, Comeos, dit ne pas avoir d'information à l'heure qu'il est. Tous les musées de la capitale resteront par ailleurs fermés mardi, de même qu'Autoworld. Les salles de lecture des Archives de l'État à Bruxelles sont également fermées au public. Le club de La Gantoise, qui devait enregistrer avec un orchestre philharmonique un hymne pour son match contre Zulte Waregem, a annoncé que l'enregistrement prévu à Flagey était annulé. Tous les marchés de la Ville de Bruxelles sont également annulés mardi, a communiqué Marion Lemesre, échevine aux Affaires économiques.

La rue de la loi où se trouvent les lieux du pouvoir (gouvernement, parlement) a été bouclé. "Il y règne un calme tout à fait surprenant, puisqu’il y a juste des blindés qui sont postés, vous les voyez derrière moi. On est ici au cœur du pouvoir, il y a le 16 rue de la Loi, il y a la résidence du premier ministre à quelques mètres, il y a le Parlement fédéral, on est sur la rue de la Loi, l’artère où se trouvent les stations Maelbeek et Arts-Loi, et juste derrière moi se trouve le centre de crise où sont réunis en ce moment le premier ministre Charles Michel, le ministre de la Justice Koen Geens et le ministre de l’Intérieur Jan Jambon. C’est de ce bâtiment qu’ils suivent la situation".

"Tout le quartier a été bouclé, il n’y a plus de passants, il n’y a plus de voitures, de temps en temps il y a des ambulances qui passent et on attend également un conseil national de sécurité", témoigne notre journaliste.

Vos commentaires