La STIB investit 5 milliards €: tarifs, réseaux de métros et de bus, emplois... Voici les changements prévus

Les transports en commun de la capitale vont se lancer dans de nouveaux investissements: achat de bus électriques et nouvelle ligne de métro, notamment.

Le ministre bruxellois de la mobilité Pascal Smet et le grand patron de la STIB, Brieuc de Meeus, se sont rencontrés ce lundi. En ces temps de disette budgétaire, annoncer un investissement de 5 milliards 200 millions d'euros en dix ans pour les transports en commun de la Région de Bruxelles-Capitale, ça n'arrive pas tous les jours.


Un nouvelle ligne de métro

Le premier grand chantier sera la nouvelle ligne de métro, vers le Nord entre Bordet et Albert, sans oublier la modernisation du réseau actuel. "Un métro, on n'en a plus fait à Bruxelles depuis les années 70-80, donc c'est tout à fait extraordinaire de pouvoir se relancer dans des aventures comme ça pour servir la ville et la région", a expliqué Brieuc de Meeus, directeur général de la STIB à Frédéric Delfosse pour le RTL info 13 heures.


Le gel des tarifs

Autre investissement: le gel des tarifs. Cela signifie que les prix ne seront pas augmentés, et seront même baissés pour les familles. L'abonnement du premier enfant va diminuer. "Aujourd'hui, le premier enfant paie son abonnement scolaire 120 euros, le deuxième 50 euros. À l'avenir, tous les enfants vont payer 50 euros. Ça veut dire que 79.000 familles vont épargner 70 euros", a déclaré Pascal Smet.


4 nouvelles lignes et des bus électriques

La STIB va aussi améliorer son réseau de bus. Quatre nouvelles lignes seront inaugurées, ainsi que des liaisons entre les quartiers : des interquartiers de rocade, comme on les appelle. L'achat de 235 bus électriques est également prévu d'ici 2018. Ils seront moins bruyants et moins polluants. L'objectif est d'augmenter encore la fréquentation des transports en commun. "On va arriver à 400 ou 500 millions de passagers par an très très facilement. Aujourd'hui, on est à 365-370 millions", a encore affirmé Brieuc de Meeus.


Des engagements sont prévus

Le futur plan sera moins axé sur le centre de la Ville qu'aujourd’hui. À l'image de Neder-over-Heembeek, certains quartiers jusqu'ici moins desservis par les transports en commun, mais qui connaissent un bond démographique important, le seront mieux à l'avenir. Il faut dire que le dernier plan bus datait de plus de trente ans.

Aujourd'hui, la STIB investit 250 millions d'euros par année, ce sera le double dès l'année prochaine. Conséquence : elle va devoir engager plus de personnel.

Ce plan bus, qui a été adopté en première lecture par le gouvernement bruxellois ce week-end, sera soumis aux habitants pour consultation entre novembre et janvier prochains avant d'être adapté le cas échéant, en vue d'une adoption définitive l'an prochain.

Vos commentaires