En ce moment
 
 

La zone 30 jugée insuffisante pour éviter les accidents à Schaerbeek: "Un retrait de permis et peut-être demain, une confiscation du véhicule"

A Schaerbeek, la police a doublé le nombre de contrôles de vitesse l'an dernier. La commune impose les 30 km/h sur la quasi-totalité des axes routiers de son territoire. Ces mesures sont manifestement insuffisantes pour éviter les accidents impliquant des piétons. Que peuvent faire les autorités pour améliorer leur sécurité?

Une adolescente a été renversée avec délit de fuite aujourd'hui. Il y a quelques jours, c’était une petite fille qui tenait la main de sa maman à la sortie de l’école. Une conductrice distraite l’a percutée sur le passage pour piéton. En tout, on dénombre quatre accidents graves en quelques mois sur cette zone. "On tape sur le clou depuis des mois, mais la situation ne s'améliore pas suffisamment, c'est inacceptable", réagit Benoit Gérard, porte-parole du collectif 1030/0.


"Dès qu'on les attrape, il faut qu'il y ait une sanction suffisamment sévère"

Pourtant, la commune de Schaerbeek est la seule de la région bruxelloise à avoir installé une zone 30 sur tout son territoire. Le problème, c’est qu’elle n’est pas encore correctement respectée et pour le bourgmestre, les sanctions doivent être plus lourdes. "Dès qu'on les attrape, il faut qu'il y ait une sanction suffisamment sévère, un retrait de permis, et peut-être demain, une confiscation du véhicule, parce que le véhicule peut être une arme, quelque chose qui tue les gens", estime Bernard Clerfayt.


Les contrôles de vitesse "restent insuffisants"

Entre 2017 et 2018, le nombre de contrôles de vitesse a doublé sur le territoire de la zone de police Nord. Plus de 10 millions de véhicules ont été contrôlés pour 24 mille procès-verbaux. "Ça reste insuffisant, si on compare les chiffres à l'échelle d'autres villes, on constate que par exemple à Gand ou à Louvain, on a cinq fois plus de contrôles proportionnellement à la population. Donc il y a vraiment des choses à faire. La zone 30 n'est toujours pas respectée, il y a énormément d'aménagements qui peuvent être faits en termes d'infrastructures. Des choix doivent être faits", explique encore Benoit Gérard.


Le carrefour où l'accident s'est produit sera partiellement réaménagé

Le carrefour où l'accident s'est déroulé ce matin fera l’objet d’un réaménagement partiel. La zone de police devrait pouvoir, elle, saisir les voitures des chauffards à partir du mois de septembre.

Vos commentaires