En ce moment
 
 

Le bourgmestre de Ganshoren Pierre Kompany a ouvert une enveloppe contenant de la poudre blanche

Le bourgmestre de Ganshoren Pierre Kompany a ouvert une enveloppe contenant de la poudre blanche
©IMAGE BELGA
 
 

Les pompiers de Bruxelles ont été appelés mercredi vers 17h20 pour une enveloppe contenant de la poudre blanche reçue à la maison communale de Ganshoren, a indiqué en soirée leur porte-parole Walter Derieuw, confirmant une information divulguée par Bruzz. C'est le bourgmestre Pierre Kompany qui a ouvert le courrier, a précisé sa collaboratrice Isabelle Verlinden Jarbath. D'après les premiers tests effectués sur la poudre par la protection civile, tout risque de contamination est écarté à 99%, a ajouté peu avant 20h00 un porte-parole de la police de Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette et Koekelberg).

Le maïeur a été décontaminé sur place, puis a été transporté à l'hôpital par mesure de prudence. Il ne montrait alors aucun symptôme inquiétant. Les pompiers ont quitté les lieux environ une heure après leur arrivée. La police locale est restée sur place pour attendre la protection civile, chargée de procéder à l'analyse de la poudre suspecte. D'après les premiers tests effectués sur place, l'alerte à l'anthrax peut être levée. Le risque d'une infection par une bactérie provoquant la maladie du charbon peut être écarté à 99%, selon le porte-parole de la police locale. D'autres analyses doivent encore être effectuées en laboratoire.

Une autre personne était présente dans la maison communale au moment des faits. Il s'agit d'un employé administratif. Il n'a pas été en contact avec la poudre et n'a pas dû faire l'objet de mesures de surveillance médicale particulières. Isabelle Verlinden Jarbath remarque que cet incident survient après la condamnation par Pierre Kompagny du comportement de certains fans de football. Son fils Vincent Kompany, l'entraîneur du RSC Anderlecht, avait dénoncé un flot d'insultes racistes de la part de supporters brugeois en marge du match du 19 décembre. Le bourgmestre avait déjà reçu en janvier de l'année dernière une enveloppe contenant une lettre de menaces, des excréments et de la poudre blanche. Aucune des quatre personnes placées alors en quarantaine ne s'était révélée contaminée par des spores. L'enquête n'avait pas permis d'identifier l'expéditeur.


 




 

Vos commentaires