En ce moment
 
 

Le gouvernement fédéral et la police annoncent un plan pour Molenbeek

 
 

La façon dont la Belgique aborde le retour de combattants syriens est citée en exemple dans d'autres pays, mais la situation à Molenbeek-Saint-Jean reste un grand problème. C'est ce qu'ont affirmé ce dimanche tant le premier ministre et le ministre de l'Intérieur, que la commissaire générale de la police fédérale, Catherine De Bolle. Un plan visant en particulier la commune bruxelloise verra donc le jour.

"Je constate qu'il y a presque toujours un lien avec Molenbeek, qu'il y a un problème gigantesque. Les mois passés, beaucoup d'initiatives ont déjà été prises dans la lutte contre la radicalisation mais il faut aussi plus de répression", déclare le Premier ministre à la VRT.

"Nous allons travailler de manière intense avec les autorités locales. Le gouvernement fédéral est prêt à fournir plus de moyens pour améliorer la situation sur le terrain, dans tout le pays et dans les endroits où il y a des problèmes", a déclaré Charles Michel.


Lien avec les attentats de Paris

Les perquisitions et arrestations qui ont eu lieu à Molenbeek montrent l'existence d'un lien des attentats de Paris avec la Belgique, a fait remarquer M. Jambon. "A Molenbeek, la situation n'est pas sous contrôle en ce moment. Nous devons nous investir davantage. Madame Schepmans (bourgmestre MR de Molenbeek) et le chef de corps de la police locale sont demandeurs", a-t-il ajouté.

L'objectif est, selon lui, de reprendre le "contrôle de la situation" dans la commune. A entendre la commissaire générale, la police est "confrontée de manière énorme" à des problèmes à Molenbeek. Lors de la réunion du conseil national de sécurité, le procureur général de Bruxelles a d'ailleurs annoncé qu'un plan visant particulièrement la commune serait élaboré.


Le niveau de la menace relevé pour les grands évènements

Le conseil national de sécurité a pris connaissance de la nouvelle évaluation de l'Organe de coordination pour l'analyse de la menace (OCAM) relevant celle-ci de 2 à 3 pour l'organisation de grands événements sportifs ou culturels accueillant potentiellement un grand nombre de personne, a indiqué samedi soir le Premier ministre Charles Michel à l'issue de la réunion. "Il est demandé aux citoyens de collaborer aux mieux dans cette démarche en s'allégeant lors des spectacles, c'est-à-dire de ne pas emporter de sacs, sacs à dos ou d'objets encombrants. Cela concerne notamment les concerts (Palais 12, AB, etc.) et le match de football de mardi soir au Stade Roi Baudouin entre la Belgique et l'Espagne", a précisé le collège des bourgmestre et échevins de Bruxelles.


Jan Jambon va s'occuper personnellement de Molenbeek

Invité dans l'édition spéciale du RTLINFO 19H ce samedi, le ministre de l'Intérieur Jan Jambon s'est montré très dur envers Bruxelles et particulièrement la police de Molenbeek. "Partout en Belgique, on fonctionne avec des task forces locales. Mais à Bruxelles, ça n’a pas encore donné le résultat voulu. Je vais m’occuper personnellement du dossier de Bruxelles, et plus particulièrement de Molenbeek", a-t-il promis. "Pourquoi ça marche dans les autres task forces locales et pas à Molenbeek? Avec le soutien du niveau fédéral, je veux vraiment que ça soit résolu. Ce qui s’est passé aujourd’hui (la découverte d'un nouveau lien entre un attentat terroriste et cette commune bruxelloise, ndlr) est inacceptable", a-t-il insisté.


"On constate que régulièrement il y a des liens et souvent, Bruxelles et Molenbeek sont identifiées", a également reconnu le Premier ministre Charles Michel. "C’est une réalité. Il y a en Belgique une situation centrale au cœur de l’Europe qui favorise la circulation de personnes qui ont des intentions hostiles".




 

Vos commentaires