En ce moment
 
 

Le personnel des hôpitaux du réseau Iris en grève: leurs témoignages font froid dans le dos

Tous les hôpitaux publics du réseau bruxellois IRIS vont entamer, depuis ce dimanche soir à 20h, une grève de 24 heures. Pour les patients, ça signifie que les 11 sites concernés fonctionnent comme un jour férié. Le personnel dénonce des conditions de travail de plus en plus difficiles.

Nous avons rencontré Stéphane. Il est infirmier urgentiste et travaille depuis 7 ans. Aujourd’hui, il lance un appel à l’aide. "On court dans tous les sens. On a rarement le temps de manger, de boire un coup, même d'aller aux toilettes de temps en temps. On n'arrête pas de courir comme des poules sans tête partout, et ça, ça ne va plus", confie Stéphane.

On aimerait s'occuper des patients beaucoup mieux que ça

Une situation difficile qui a des conséquences directes sur les patients. Ils sont toujours plus nombreux, mais les effectifs manquent. De quoi se sentir parfois impuissant. "De temps en temps on prend plusieurs minutes, parfois plusieurs heures, pour pouvoir prendre correctement en charge un patient. On aimerait s'occuper des patients beaucoup mieux que ça, aller beaucoup plus loin dans la prise en charge. Mais on a un flux tellement énorme de patients, qu'on arrive à gérer un flux de patients, mais pas la qualité", explique encore Stéphane.

Une femme qui est en travail, on n'a pas le temps de rester auprès d'elle

Aucun hôpital n’est pointé directement du doigt, mais le constat semble le même dans la plupart des services. Céleste est sage-femme depuis 5 ans. Son témoignage interpelle. "On est nombreuses à signaler le fait que maintenant, quand on vient au travail, on a peur. Peur de mal faire, peur de faire des erreurs, peur de ne pas être à la hauteur. C'est une situation qui n'est plus viable pour nous", précise Céleste.

Là aussi, l’explication est le manque de moyen. Dans son service, elles sont 4 par nuit pour 9 salles d’accouchement. Et le week-end, le service est réduit. Conséquence: il est difficile de tout gérer. "Un exemple très concret: une femme qui est en travail, qui a ses contractions, on n'a pas le temps de rester auprès d'elle pour lui donner de la force, la soutenir dans cette douleur. Et ça ce n'est pas normal, qu'on ne puisse plus faire le travail qu'on a choisi de faire", confie la sage-femme.

En parallèle, les mesures prises au fédéral en matière de santé ne rassurent pas. Cette grève de 24 heures se tient dans 5 hôpitaux bruxellois répartis sur 11 sites.

Vos commentaires