Des cours gratuits de parkour pour les primo-arrivants: "La philosophie de ce sport, c'est surpasser n'importe quel obstacle"

Des cours gratuits de parkour pour les primo-arrivants:

Lauréat 2016 de l’appel à projets IDCity, le projet "Know To Flow" propose d’initier les primo-arrivants ayant entre 12 et 17 ans au parkour. Une façon de leur insuffler un leitmotiv : franchir les obstacles dans le sport, comme dans la vie. Entretien avec Francisco De La Riva, l’un des trois porteurs du projet.

Francisco est arrivé en Belgique il y a 10 ans, à l’âge de 18 ans. Originaire de l’Etat de Durango au Mexique, il a lui-même connu la situation de primo-arrivant lorsqu'il est venu vivre à Bruxelles. Après avoir travaillé un an avec son père, il a suivi des cours de français avant de réussir des études d’éducation physique à la haute école de Bruxelles.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Aujourd’hui, il est professeur de sport et a une passion: le parkour. Cette discipline tout récemment reconnue en Belgique par la Fédération francophone de gymnastique, s’est surtout fait connaître auprès du grand public en 2001, avec le film Yamakasi. Si vous l’avez vu, vous savez de quoi nous parlons: les yamakasis escaladent des façades d’immeuble, sautent de toit en toit… En bref, ils se jouent des infrastructures urbaines en se les appropriant. "Le parkour est une nouvelle discipline qui consiste à se déplacer d’un point A à un point B de la manière la plus efficace possible. On fait ça en franchissant des obstacles" nous explique Francisco.


Un stage intensif en salle de gym

Le projet "Know To Flow", propose aux primo-arrivants des classes passerelles DASPA (dispositif d’accueil et de scolarisation des élèves primo-arrivants) de Bruxelles une semaine d’initiation à ce sport. Cinq journées intensives d’entraînement en salle de gymnastique, de 9h à 16h à Schaerbeek.

Ce n’est qu’au terme de six mois d’entrainement en salle, à jongler entre les poutres, les barres et les trampolines, que les pratiquants pourront passer en extérieur, toujours accompagnés des moniteurs bien sûr. Si le sport plait aux élèves, ils pourront continuer les cours gratuitement jusqu’à fin juin, dans l’ASBL de l’équipe du projet, installée à Schaerbeek : Xtreme Team Parkour. Créée il y a cinq ans, l'association donne des cours de parkour à partir de l'âge de 10 ans, et essaie de transmettre le goût de cette pratique aux jeunes. Elle a déjà participé à plusieurs appels à projet, le dernier en date étant IDCity.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Pour Francisco, le parkour reste un bon moyen d’intégration dans un nouveau pays. "En tant que primo-arrivant il y a la barrière de la langue, des barrières à la socialisation, aussi parfois des barrières économiques…" dit ce dernier. Marcin, également porteur du projet, a lui aussi été primo-arrivant, lorsqu'il a quitté la Pologne pour s'installer en Belgique. "La philosophie du parkour c’est surpasser n’importe quel obstacle, qu’il soit psychologique, physique ou social", explique-t-il dans la vidéo de présentation de "Know To Flow". En plus d'apprendre à franchir les obstacles, le sport extrême permet aux jeunes primo-arrivants de sociabiliser dans un cadre différent de celui de l'école, et donc de rencontrer de nouvelles personnes.

Dans les cours que donne Xtreme Team Parkour, les choses ne se passent pas tout à fait comme dans le film Yamakasi, le premier obstacle du parkour étant la loi. "La loi change dans chaque commune, par exemple à Schaerbeek il est d’interdit d’escalader, même les arbres. Dans d’autres communes de Bruxelles ça c’est toléré, mais on ne peut pas escalader les façades des maisons ou des parcs, ni les statues" précise-t-il. Du coup, ils se déplacent essentiellement dans des jardins, des parcs ou des spots qu’ils ont repéré et sur lesquels ils peuvent se mouvoir. Sur le terrain, pas de véritable mesure de sécurité, mais la présence constante des moniteurs. La sécurité passe par un entrainement bien rodé, partant du principe que si l’on parvient à franchir les obstacles en salle, on y arrive également à l’extérieur.

appsp


Le soutien des Fonds Prince Philippe

Grâce à l’appel à projet IDCity, dont "Know To Flow" est ressorti lauréat, avec 7 autres projets, l’équipe a reçu 5000€ des Fonds Prince Philippe, gérés par la Fondation Roi Baudouin, pour développer son idée. Une somme que l'association a employée à créer un site internet, faire des flyers et investir dans du matériel. Mercredi 8 mars, ils ont également pu rencontrer le roi Philippe, à Transforma à Bruxelles, pour parler de leur projet. Un concept qui a plu au roi, selon Francisco. "Il a aimé le côté social du projet, le fait de se dire que rien n'est impossible et qu'il faut s'entraîner, se donner les moyens", raconte le bruxellois. 

Et c’est l’Institut Saint-Jean-Baptiste de Lasalle, à Saint-Gilles, qui aura la chance de tester en premier le stage d’initiation ! Celui-ci aura lieu la première semaine des vacances de Pâques, et compte déjà 15 inscrits, parmi la quarantaine d’élèves de la classe DASPA de l'établissement.

Vos commentaires