En ce moment
 
 

Le volant et les phares de la BMW de Bernard volés 2 fois en un an à Bruxelles: "J'ai compris tout de suite"

Le volant et les phares de la BMW de Bernard volés 2 fois en un an à Bruxelles: "J'ai compris tout de suite"
 
 

"Deux fois en moins d'un an. Ça fait beaucoup", souffle Bernard. Ce Bruxellois nous a contactés via le bouton orange Alertez-nous pour nous faire part d'une double mésaventure dont il se serait bien passé. Pour bien comprendre pourquoi Bernard jouit de mal chance, il faut remonter en septembre dernier. Ce jour-là, Bernard sort de chez lui à Evere en région bruxelloise. Direction son véhicule : une BMW série 4, grand coupé. Bernard travaille dans une imprimerie numérique et ce véhicule, c'est sa voiture de société.

Pas un cas isolé 

Très vite, il remarque qu'une petite fenêtre latérale est brisée. La boite à gants a été fouillée et une paire de lunettes d'une valeur de 300 euros dérobée. Désolant, mais pas de quoi s'affoler. Mais en faisant le tour de sa BMW, il tombe des nues : le volant ainsi que les deux phares avant ont disparu. Interloqué par la nature et l'audace du vol, il joint rapidement une dépanneuse. Il doit agir vite et trouver une solution de rechange, car dans 4 jours, il doit partir en vacances.

BMW2

Avec le dépanneur, il se rend chez le concessionnaire BMW à Leeuw-Saint-Pierre. "En arrivant chez le concessionnaire, on m'a dit que c'était déjà la sixième voiture de la journée pour les mêmes vols ! C'était un lundi donc cela avait dû arriver durant le week-end." Ironie du sort, les voleurs ne se sont pas rendu compte que Bernard avait caché quelques centaines d'euros dans la voiture en vue des vacances. Une voiture de remplacement fera l'affaire pour ses vacances. À son retour, il récupère sa BMW série 4.

Rebelotte 

Mais les événements vont prendre une tout autre tournure début juillet. "J'ai compris tout de suite", lâche Bernard qui sort de chez lui pour rejoindre son véhicule. C'est le visage d'un passant la mine déconfite et désolée en regardant sa BMW qu'il saisit que le vol s'est reproduit. "Le capot était légèrement ouvert et les deux phares et le volant avaient disparu. Je ne pensais pas du tout que ça m'arriverait à nouveau." Fruit du hasard, le même dépanneur débarque: "C'est dingue", lâche-t-il en constatant lui aussi que Bernard a été victime du même vol en dix mois.

Cette fois-ci, les voleurs n'ont pas brisé de petite vitre pour accéder à l'intérieur du véhicule. "Ils arriveraient à crypter le code de la clé", selon notre alerteur. "Je pense que j'ai été repéré. C'est ma hantise, s'ils reviennent. Il faut oser", souligne Bernard qui habite une zone résidentielle.

BMW4

En Belgique, plusieurs vagues de ce type de vol ont été constatées ces dernières années. En 2018, à Villers-le-Bouillet et à Wanze, notamment. En 2021, c'est à Saint-Georges et Amay que des volants de BMW avaient été dérobés. Il s'agirait vraisemblablement de commandes faites depuis l'étranger. Une razzia est alors commise en quelques jours avant une période d'accalmie.

Nous faisons tout notre possible pour éviter ce problème

La marque BMW est-elle au courant ? Comment expliquer ces vols ? Jeroen Lissens est le porte-parole de la marque allemande. Il détaille: "Malheureusement, nous avons constaté, comme vous, que certaines pièces automobiles, et certainement pas seulement celles de notre marque, font l'objet de délits." Mais impossible pour BMW de chiffrer ce type de vol sur le sol belge.

Cependant, la marque reconnaît: "Nous sommes bien conscients de la vulnérabilité de certaines pièces au vol, notamment les pièces électroniques. En tant que BMW Group, nous faisons tout notre possible pour éviter ce problème." Jeroen Lissens développe: "Depuis quelque temps, tous les composants électroniques (y compris les phares et les capteurs les plus coûteux tels que les caméras à l'extérieur des voitures) sont dotés d'un code spécial, pratiquement impossible de déchiffrer. Ce code est lié au numéro de châssis de la voiture, ce qui rend la réutilisation d'une pièce électronique volée dans une autre voiture totalement impossible", explique-t-on.

Pour Bernard, la coupe est pleine. Les BMW Serie 4, c'est fini : "Je suis dégoûté. On travaille dur pour avoir quelque chose de correct. Il ne m'en faut plus de ce type de voiture."


 

Vos commentaires