En ce moment
 
 

Les 200 emplois à l'hôtel Sheraton de Bruxelles menacés: "Il faut être réaliste, l'hôtel est dans un piteux état"

  • Le Sheraton de Bruxelles va fermer ses portes

  • Pourquoi l

 
 
 

Vers la fin d'un symbole à Bruxelles? L'hôtel Sheraton devrait être déclaré en faillite cette semaine.

Il domine la place Rogier du haut de ses trente étages depuis 45 ans. Mais cette semaine, l'avenir du Sheraton risque de basculer. Le personnel s'inquiète… Comme Xavier Muls, secrétaire permanent CGSLB: "Il y a encore 200 personnes qui travaillent sur place. Il y a quelques années, il y avait déjà eu un plan de réorganisation et une cinquantaine de personnes avaient déjà quitté l'entreprise", a-t-il confié ce matin à Olivia François sur Bel RTL.

C'est surtout l'état du bâtiment qui pose problème : "Il faut être réaliste: l'état de l'hôtel ne permet pas aujourd'hui la venue d'un investisseur hôtelier parce qu'il y a trop de travaux à faire, et donc beaucoup de frais à mettre dans l'hôtel", ajoute-t-il.


"Il fallait absolument rénover l'hôtel"

Il déplore le fait que les travaux nécessaire n'ont pas été effectués plus tôt. "L'hôtel se trouve dans un piteux état. Et donc, il fallait absolument rénover l'hôtel de fond en comble. Le propriétaire avait promis de faire cette rénovation déjà il y a 4 ans, on n'a rien vu venir", ajoute encore Xavier Muls.

La Brussels Hotels Association soutient le personnel du Sheraton et constate que les attentats qui ont touché Bruxelles et les travaux qui ont été entrepris sur la place Rogier, n'ont rien arrangé.

"Le secteur reste économiquement très fragile, explique Rodolphe Van Weyenberg, le secrétaire général de l'association.  On ne peut ignorer l'impact d'une part des attentats, et de façon globale, la mobilité et les travaux qui ont eu lieu sur cette place."

Si les signaux sont encourageants, le secteur n'est pas encore complètement remis de ces attentats. L'association plaide donc pour un soutien continu des autorités et pour un retour définitif des touristes à Bruxelles. 




 

Vos commentaires