En ce moment
 
 

Gilets jaunes à Bruxelles: des centaines de personnes ont manifesté dans le quartier européen, encadrées par la police (vidéos)

Les gilets jaunes ont manifesté une troisième fois ce samedi à Bruxelles. Un premier groupe de manifestants, constitué surtout de militants d'extrême droite du parti Nation, s'est créé le matin. La police a évacué ce groupe. Dans l'après-midi, un groupe beaucoup plus important, de plusieurs centaines de personnes, de "vrais" gilets jaunes, s'est constitué. Ce groupe a marché pacifiquement dans le quartier européen sous escorte policière. L'action s'est terminée vers 16h à la place du Luxembourg, où le mouvement s'est disloqué dans le calme.

Un groupe d'environ une centaine de gilets jaunes, du nom de ce mouvement citoyen initié il y a plusieurs semaines pour dénoncer le prix du carburant et le coût de la vie en général, s'est formé en début d'après-midi samedi à Bruxelles, au carrefour Arts-Loi. De nombreux autres manifestants ont rejoint l'action dans le courant de l'après-midi, portant le nombre de gilets jaunes à plusieurs centaines. Selon la police, ils étaient entre 400 et 500.

"Tout s'est bien passé, il n'y a pas eu de dégâts" pendant cette manifestation dans le quartier européen de la capitale belge, a indiqué à l'AFP Ilse Van De Keere, une porte-parole de la police bruxelloise. Les forces de l'ordre, présentes en nombre après les débordements de précédentes manifestations, ont procédé à une "soixantaine" d'arrestations. Il s'agissait de personnes qui "perturbaient l'ordre public" ou portaient des objets potentiellement dangereux, qui étaient progressivement relâchées, selon cette même source.

Voici le fil de la journée.

16h: le cortège de plusieurs centaines de gilets jaunes de retour à la place du Luxembourg

Le groupe de plusieurs centaines de manifestants est arrivé à nouveau à la place du Luxembourg après être passé par la rue Belliard.

Nos reporters Mathieu Col et Gaëtan Lillon font le point juste avant 16h: "On se trouve ici avec plusieurs centaines de gilets jaunes qui terminent la marche qui a été encadrée par la police. Un peu avant 15h, un nouveau groupe de gilets jaunes, beaucoup plus nombreux par rapport à celui de ce matin, sont arrivés sur la place du Luxembourg. Et finalement, la police a décidé d’accepter d’encadrer cette marche qui a fait le tour dans le quartier européen. Elle s’est passée tout à fait pacifiquement. Il y a eu un sitting de quelques minutes sur le carrefour entre la rue Belliard et la petite ceinture. Il y a beaucoup de policiers, mais il y a aussi beaucoup de gilets jaunes qui sont venus ici manifester pacifiquement. C’est une première dans ces week-ends de gilets jaunes. Il n’y a pas eu, ou en tout cas pas pour l’instant, de problèmes à signaler, pas de casse, pas de violence. Le message des gilets jaunes semble passer correctement aujourd’hui dans les rues de Bruxelles".

Peu après 16h, les gilets jaunes se sont dispersés dans le calme.

 

15h15: brièvement dissoute, la manifestation reprend, des gilets jaunes passent près du Lambermont

Les actions des gilets jaunes à Bruxelles, qui s'étaient arrêtées peu après 14h sur la place du Luxembourg, ont repris un peu plus tard. Une fois le rassemblement dissous, d'autres groupes de manifestants se sont présentés dans la capitale.

Notre équipe sur place a observé la présence de quelques centaines de manifestants à proximité du carrefour entre les rues Belliard, Lambermont et l'avenue des Arts.

C'est à seulement quelques dizaines de mètres du Lambermont, la résidence du Premier ministre. Le groupe a ensuite bifurqué dans la rue Belliard, en direction du quartier européen.



14h30: des dizaines de gilets jaunes place du Luxembourg

Vers 14h30, notre équipe à Bruxelles a constaté la présence de plusieurs dizaines de manifestants près de la place du Luxembourg, à proximité du quartier européen de la capitale. Plusieurs étaient vêtus de gilets tandis que d'autres non.

Un groupe qui a souhaité sortir de la place du Luxembourg par la rue d'Arlon pour rejoindre la rue du Parnasse a été bloqué par des policiers. Les manifestants ont rapidement critiqué les forces de l'ordre présentes sur place. "On ne fait rien de mal, on marche, on est tranquille", a lancé une dame. "Oh! Vous avez des enfants sérieux?!", a crié un homme sur un ton énervé. "Bande de merdes", a lancé un autre. "Leurs enfants ils s'en battent les coui****", a-t-il ajouté. Le groupe a ensuite fait demi-tour pour revenir sur la place du Luxembourg.


Début d'après-midi: rassemblement à Arts-Loi

Initialement, les gilets jaunes comptaient se rassembler sur la place du Luxembourg, ce qui leur a été interdit au dernier moment. Les personnes rassemblées à Arts-Loi ont bien fait comprendre qu'elles se sentaient, par ces limitations, freinées dans leur droit de s'exprimer. "Working class heroes" figurait notamment sur les banderoles déployées. "La violence n'est pas la solution, mais c'est le système qui veut ça. Les mensonges du système sont une forme de violence", indique sur place un "porte-parole" du mouvement.

Samedi dernier, la police a arrêté administrativement 450 personnes et arrêté judiciairement dix autres. La police était massivement déployée sur la petite ceinture où se retrouvaient les gilets jaunes.


Fin de matinée: des membres de l'extrême droite tentent de se greffer aux gilets jaunes

Dans la matinée de ce samedi, des militants d'extrême droite du parti Nation ont tenté d'intégrer l'action des gilets jaunes à Bruxelles. Selon nos confrères du Soir, c'est d'ailleurs eux qui auraient introduit la demande officielle de manifestation pour ce troisième samedi de protestation. Une demande rejetée par le bourgmestre d'Ixelles.

Comme ont pu le constater nos équipes sur place, ce groupe d'individus d'extrême droite a été évacué par la police.




Rappel des précédentes mobilisations

Apparu en France, le mouvement des "gilets jaunes" s'est exporté en Belgique, en particulier dans la région francophone de Wallonie.

Samedi dernier, environ 400 personnes avaient été arrêtées à Bruxelles pendant un rassemblement d'un millier de personnes. Des manifestants avaient jeté des projectiles sur les forces de l'ordre et un policier avait été blessé au visage.

Le 30 novembre, toujours à Bruxelles, une manifestation de 300 personnes avait dégénéré, avec notamment deux véhicules de police incendiés.

Vendredi, un automobiliste est mort à Erquelinnes, une commune frontalière belge, en percutant un camion arrêté par un barrage des "gilets jaunes" mobilisés côté français.


Vos commentaires