Des joggeurs demandent l'ouverture du domaine royal à Bruxelles: pourquoi leur refuse-t-on? (vidéo)

A Bruxelles, c'est autour du Domaine royal de Laeken que des joggeurs ont décidé de courir ce dimanche matin. Et pas seulement pour les bienfaits du sport. Ils ont répondu à l'appel d'une député sp.a qui demande que ce domaine soit ouvert au public. Un espace vert de 186 hectares qui ferait, selon eux, "du bien" aux Bruxellois, surtout dans ce quartier densément peuplé. Un sujet, qui fait débat depuis un bon moment déjà, suivi par nos journalistes Mathieu Col et Damien Loumaye.

Ils n'étaient pas nombreux mais ils étaient motivés. Motivés à se faire entendre par le Roi. Et pour ça, ils ont décidé d'organiser ce dimanche matin un jogging autour du Domaine royal de Laeken. Un domaine qu'ils aimeraient pouvoir un jour traverser.

"On pense qu'il est vraiment temps d'ouvrir une partie de ce domaine au public bruxellois. Avec ce jogging, on essaie ainsi de convaincre notre Roi de faire un effort", explique Hannelore Goeman, député bruxelloise sp.a, au micro de nos journalistes Mathieu Col et Damien Loumaye.

Le Domaine royal de Laeken se situe au nord de Bruxelles, de l'autre côté du canal. Ce domaine, c'est 186 hectares. L'équivalent de 230 terrains de football comme celui du Heysel, ou encore une superficie proche de celle de la principauté de Monaco. Et tout ça, c'est le jardin du Roi. Ses sujets aimeraient aussi pouvoir en profiter.

Ouvrir une partie du domaine au public. Le débat revient régulièrement. La N-VA y est favorable, les écologistes et les socialistes aussi. Mais pour eux, rien d'anti-royaliste dans la démarche. "C'est une demande... officielle au Roi d'entrer en négociations avec nous, mais je pense que c'est mieux pour tout le monde si c'est également soutenu par la famille royale", précise encore Hannelore Goeman.

Mais, il y a aussi des arguments contre cette ouverture. La sécurité du chef de l'Etat doit être garantie. L'unité de la biodiversité dans le domaine aussi. Et puis, de grands espaces verts sont déjà disponibles dans cette zone. Des espaces qui appartenaient à l'époque au domaine de Léopold II, et qui ne sont déjà plus privés aujourd'hui.

Vos commentaires