En ce moment
 

Les pompiers de Bruxelles sont FÂCHÉS: les blocs de béton du piétonnier les gênent dans leur travail

Les pompiers de Bruxelles sont FÂCHÉS: les blocs de béton du piétonnier les gênent dans leur travail

Les pompiers de Bruxelles sont mécontents ! En cause, les blocs de béton installés sur le piétonnier afin d'empêcher des attaques terroristes à l'aide de véhicules. Les pompiers comprennent ce besoin de sécurité, mais cela les ralentit dans leurs interventions. Ils souhaitent des aménagements. Reportage de Laurie Dadario et Pascal Noriega.

Ils font du paysage urbain depuis les attentats du 22 mars 201. Ces blocs de béton situés entre autre sur le piétonnier et assurer ainsi la sécurité de tous. Cependant ils empêchent les pompiers d’accéder à leur lieu d’intervention.

"Ici l’auto échelle perd déjà quelques mètres pour se mettre près de la façade de l’hôtel donc forcément en hauteur, plus on a du recul, moins haut va l’échelle. Elle fait 30 mètres de haut et n’ira pas plus haut", explique Éric Labourdette, président du secteur zones de secours syndicat libéral de la fonction publique.

Il entame sa trentième année de carrière en tant que caporal. Pour lui, cette situation, c’est du jamais vu. Certes, ces blocs de béton sont un rempart face à tout incident mais ils peuvent aussi constituer un frein aux interventions des services incendies…

"Le problème c’est que les services de secours civils, les pompiers par exemple, une ambulance ou un camion pompiers sont eux aussi stoppés par ce genre de dispositifs et donc on mettra plus de temps à intervenir en cas de problème", regrette Éric Labourdette.

Le quotidien des hommes du feu est remis en question et, au final, le sauvetage de personne en dangers.

"Très difficile pour nos chauffeurs de visualiser tous les trajets pour arriver. Par exemple, pour arriver ici devant l’hôtel Métropole, on vient de la caserne de l’état-major et en fait on doit arriver par là. Donc, vous imaginez bien que ça veut dire qu’on doit faire tout un tour pour arriver par le bon côté", déplore Anne Wibon, lieutenant.

La solution réside peut-être dans des blocs amovibles. Il faudra en tout cas trouver un équilibre entre impératifs de sécurité et accessibilité aux lieux publics.

Vos commentaires