En ce moment
 
 

Les véhicules scanners sillonnent les rues de Bruxelles: peuvent-ils se tromper?

Les véhicules scanners sillonnent les rues de Bruxelles: peuvent-ils se tromper?
 
 

Les scan-cars sont de plus en plus nombreuses à Bruxelles. Equipé de 8 caméras haute définition, ce véhicule ratisse les rues et scanne les plaques d’immatriculation de toutes les voitures stationnées qui ne sont pas en ordre de paiement. Mais quelle est la marge d’erreur de ce type de contrôle automatisé ? Prend-il par exemple en considération la présence de l’automobiliste dans un véhicule à l’arrêt ?

La scan-car est une arme redoutable contre le stationnement abusif.

scancar

Un véhicule de ce type effectue environ, 1.200 contrôles par heure. Dans le même temps, un steward piéton en fera 50, soit 24 fois moins. Bien plus rapide, mais pour autant Est-ce que la scan-car voit tout ? La réponse est oui.

Mais les huit caméras du véhicule, ne sont pas en mesure d’interpréter les images. Les scan-car, sont en fait les yeux d'autres agents, véritables cerveaux de l’opération. Des agents qui analysent les images envoyées par le véhicule. Ils vérifient par exemple, la présence ou non d’un disque bleu, ou encore, d’une carte pour personne à mobilité réduite ou si la scan-car s'est éventuellement trompée. Le rôle de ces agents est alors de rectifier le tir.

L'erreur est humaine mais elle est aussi technologique

La marge d’erreur de la scan-car, inclus aussi, la plaque d’immatriculation scannée, pile au moment où l’automobiliste achète un ticket via un horodateur. Dans ce cas, le conducteur n’aura pas d’autre choix que de faire une réclamation à condition de présenter la preuve que le ticket a été acheté quelques minutes après le scanning.

Pierre Vassart est le porte-parole de Parking.Brussels: "Le remboursement se fait si la redevance contestée est effectivement indue. L'erreur est humaine mais elle est aussi technologique. Parfois il y a des erreurs de connexion qui font qu'une redevance est délivrée par erreur. C'est tout à fait normal et dans ce cas-là il faut la contester."

Et Parking.Brussels nous l’assure, lorsque les images sont équivoques, le doute, bénéficie toujours à l’automobiliste. Il n’empêche que depuis l’introduction de la scan-car dans les communes bruxelloise, les recettes totales des redevances, ont augmenté de plusieurs millions d’euros en un an.


 




 

Vos commentaires